• Visite guidée du Mémorial de la Shoah à Drancy

    Ce dimanche matin, nous avons fait une visite guidée avec l'Office de Tourisme des Hauts de Seine : des visites toujours très intéressantes mais que nous ne faisons que rarement, le département étant au nord de la capitale et donc peu facile d'accès pour nous.

    Il s'agissait de visiter le Mémorial de la Shoah ouvert à Drancy en 2012 en complément de celui de Paris ouvert en 2005.

    Notre guide nous montre ici la maquette des bâtiments construits à des fins de logement social au début des années 1930 et utilisés entre 1941 et 1944 pour interner les juifs arrêtés à Paris par les autorités de Vichy en complicité avec l'Allemagne d'Hitler : un camp de transit avant la déportation...

    Conçu comme une "cité jardin" moderne et innovante, le projet est confié à deux architectes du mouvement moderne : Eugène Beaudouin et Marcel Lods. La cité de la Muette répond alors à des normes d'hygiène et de confort inhabituelles pour l'époque et est l'occasion pour les deux architectes de mettre en oeuvre des méthodes de fabrication industrielles standardisées innovantes, ce qui lui vaut une renommée internationale.

    Toutefois, le chantier de la Muette est contrarié par la crise économique qui survient au milieu des années 1930. Il reste donc inachevé pendant que les logements déjà construits sont mis à la location. Mais mal aimés et loués relativement chers dans le contexte de crise, les premiers "gratte-ciels" de la région parisienne trouvent peu de locataires. Ainsi Henri Sellier décide-t-il de louer les tours et les peignes à la 22ème légion de gardes mobiles de la gendarmerie, pendant que le bâtiment en U reste vide.

    Notre guide nous conduit ensuite jusqu'au monument des déportés, une oeuvre de Shelomo Selinger, revenu d'Auschwitz, et qui a consacré sa vie à perpétuer la mémoire des juifs internés dans ce camp.

    En août  1941, la politique allemande de représailles des "menées judéo-bolchéviques" entraîne l'arrestation de nombreux juifs de l'est parisien. Le bâtiment en U leur est exclusivement réservé : le camp des Juifs est créé.

    Les trois blocs, posés sur la butte pavée, forment la lettre hébraïque shin ש traditionnellement gravée sur la mezouza apposée sur la porte des maisons juives. la mezouza est un petit objet, une sorte de petite boîte, renfermant le parchemin sur lequel sont inscrites les paroles de la Torah.

    Le bloc central est composé de 10 personnages, ce nombre étant nécessaire pour la prière collective (minyan) lors des cérémonies importantes comme la circoncision, le mariage ou le deuil.

    Les deux blocs latéraux symbolisent les portails de la mort, le camp de Drancy étant considéré comme "l'antichambre de la mort".

    Sur celui de gauche qui fait référence au camp de Drancy on peut lire l'inscription suivante :

    "Le 20 août 1941 5000 juifs furent arrêtés à Paris et rassemblés en ce lieu inaugurant le camp de Drancy, antichambre de la mort. Près de 100000 juifs, hommes, femmes, enfants, vieillards, y furent internés avant leur déportation pour la plupart à Auschwitz. 1518 seulement sont revenus et 256 furent fusillés comme otages."

    Sur le bloc de droite, on peut lire :

    "Ce monument témoigne des martyrs juifs de France, victimes de la barbarie nazie. Passant, recueille-toi et n'oublie pas."

    A l'arrière du monument des rails et un wagon rappellent l'histoire : les hommes arrêtés étaient par la suite déportés à Auschwitz par ces trains de la mort...

    L'Etat français collaborait à cette déportation puisqu'il mettait à la disposition des nazis les wagons de la SNCF comme le montre cette photo. Ces wagons, qui d'habitude servaient au transport des troupes ou des animaux (ils étaient prévus pour 40 hommes ou 8 chevaux), ont alors transporté jusqu'à 100 hommes, femmes ou enfants sur une distance de 1500 kms vers la Silésie alors annexée par l'Allemagne du Reich. Il faut ajouter à cela qu'ils ne recevaient ni eau ni nourriture et que, en dehors d'un seau, il n'y avait aucune installation sanitaire...

    Notre guide nous rappelle que souvent on dit que les juifs se sont laissés faire... Cette plaque apposée à l'emplacement d'un tunnel creusé par 70 détenus du camp à la faveur de l'achèvement des travaux de la Cité de la Muette (on leur avait alors distribué des outils) prouve bien le contraire.

    Ce tunnel fût malheureusement découvert par les nazis peu de temps avant qu'il ne soit terminé...

    Retour au chaud... pour la visite du musée : depuis le 3ème étage on a une bonne vue d'ensemble sur la Cité de la Muette.

    Drancy

    J'ai souligné en rouge la position d'Auschwitz : plusieurs jours de voyage depuis Drancy...

    Drancy

     Maquette de la Cité de la Muette : La Cité était constituée de 5 blocs. Les toilettes se situaient à l'entrée du camp, en dehors des bâtiments et à l'autre extrémité se tenait la baraque de la fouille ainsi que la prison.

    Drancy

    Reproductions des peintures de Jane Lévy, internée à Drancy, sur la vie quotidienne du camp.

    Drancy 

    Léon (Leiba) Grunman exerce la profession de tailleur et écoule ses réalisations sur les marchés. Né en Pologne le 28 mars 1895, il s'installe en France et obtient sa naturalisation. Il vit dans le 11ème arrondissement de Paris avec son épouse, Thérèse, et ses deux filles, Fanny et Rachel. Interné au camp de Drancy le 21 août 1941, il est déporté au camp d'Auschwitz par le convoi 3, le 22 juin 1942 et n'en revient pas. Sur le sac de linge lui appartenant, figurent son adresse au camp de Drancy et son numéro de matricule. Le quart en aluminium martelé porte les inscriptions "1941, Souviens toi de Drancy" et le nom de Léon Grunman.

    Drancy

    Le retour d'Auschwitz à l'Hôtel Lutétia à Paris : à la Libération, l'hôtel accueille les déportés à leur retour des camps de concentration nazis.

    Drancy

    Ceci n'est qu'un aperçu de toute la documentation que l'on peut voir au musée.

    Une visite intéressante mais un peu frisquette !


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :