• Visite guidée de la BnF : site François Mitterand

    Ce samedi, nous sommes allés visiter "la grande bibliothèque" comme on l'appelle où sont réunies les collections d'imprimés et de périodiques, les collections sonores et audiovisuelles. Le premier samedi du mois, on a accès au rez-de-jardin, l'étage des chercheurs.

     C'est Charles V, le sage, qui en 1368 au Louvre installe dans la tour de la fauconnerie sa Librairie particulière. Charles V est en effet avide de connaissance et il a hérité de ses ancêtres de manuscrits somptueux.

    Charles V dans sa Librairie

    Charles-V-et-sa-Librairie.jpg

    Malheureusement à cette époque les collections sont dispersées à la mort de leur propriétaire et la Librairie de Charles V n'échappe pas à la règle : c'est seulement à partir de Louis XI, roi de 1461 à 1483, qu'est véritablement fondée la Bibliothèque Nationale.

     Transportée à Amboise, puis à Blois, la Bibliothèque rejoint la collection de la nouvelle Librairie que François Ier a créée en 1522 à Fontainebleau et confiée à l'humaniste Guillaume Budé. En 1537, le roi introduit un principe nouveau par une ordonnance du 28 décembre, enjoignant aux imprimeurs et aux libraires de déposer à la librairie du château de Blois tout livre imprimé mis en vente dans le royaume. Cette obligation, appelée dépôt légal, constitue une étape fondamentale pour la bibliothèque. Ramenée à Paris, dans la seconde moitié du XVIe siècle, elle traverse, non sans dommages, les guerres de religion.

    La Bibliothèque connaît son véritable développement à partir de 1666 sous Colbert, qui a pour ambition d'en faire un instrument à la gloire de Louis XIV. En quelques décennies, la Bibliothèque s'empare de la première place en Europe.

    La Révolution française marque profondément la Bibliothèque. Le dépôt légal est supprimé pendant trois ans. Pourtant, la bibliothèque du Roi, devenue Nationale, enrichit considérablement ses fonds pendant cette période grâce aux confiscations pratiquées en France et à l'étranger : biens du clergé, bibliothèques des émigrés, collections particulières des princes... Les bibliothèques privées de Louis XVI, de Marie-Antoinette, de Madame Elisabeth viennent ainsi enrichir les collections nationales. On estime qu'au total deux cent cinquante mille livres, quatorze mille manuscrits et quatre vingt cinq mille estampes rejoignent la Bibliothèque.


    Le XVIIIème siècle est important pour la bibliothèque avec la réalisation de catalogues systématiques. C'est à cette époque qu'elle s'installe rue Richelieu dans l'ancien palais de Mazarin, à l'actuel emplacement du site

     La Bibliothèque Nationale, rue de Richelieu

     Bibliotheque-Richelieu.jpg

    L'engorgement progressif des magasins issu du renforcement du dépôt légal (loi du 19 mai 1925), le nombre croissant des lecteurs (dû au développement du nombre des étudiants), les problèmes de conservation de plus en plus aigus et l'arrivée des nouvelles technologies ont pour conséquence la nécessité d'une mutation profonde de la Bibliothèque Nationale.

     Le 14 juillet 1988, François Mitterand annonce à la presse lors de son traditionnel entretien dans les jardins de l'Elysée "la construction et l'aménagement de l'une ou de la plus grande et la plus moderne bibliothèque du monde....(qui) devra couvrir tous les champs de la connaissance, être à la disposition de tous, utiliser les technologies les plus modernes de transmission de données, pouvoir être consultée à distance et entrer en relation avec d'autres bibliothèques européennes".

     C'est le projet de l'architecte Dominique Perrault qui est retenu en juillet 1989. Les travaux durent de 1990 à 1995 et la Bibliothèque ouvre au public le 20 décembre 1996.

     La Bibliothèque se présente sous la forme de 4 tours simulant des livres ouverts. Chaque tour porte un nom selon le type de livres qu'elle contient : il y a la Tour des temps, la Tour des lois, la Tour des sciences et la Tour des lettres.

     Bibliotheque-Francois-Mitterand.JPG

     Nous commençons la visite guidée par la maquette de la Bibliothèque qui se trouve dans l'aile Ouest. Nous ne sommes que 6 à suivre la visite... dont nous quatre ! La guide nous explique que l'entrée de la Bibliothque (jusqu'alors discrète au point d'en déconcerter certains...) va être modifiée pour se rapprocher de la bouche de métro.

     Visite-guidee-BNF-F.-Mitterand---maquette.jpg

     Nous nous dirigeons ensuite vers les Globes de Coronelli dont je vous ai déjà parlé dans un précédent post. Si vous voulez relire le post, tapez "coronelli" dans l'onglet "Rechercher dans ce blog" et cliquez sur le lien. L'un des deux globes offerts à Louis XIV par le Cardinal d'Estrées représente la terre et l'autre le ciel. Les globes ont beaucoup voyagé depuis leur création mais il semble que la BnF soit leur destination finale.

     Visite-guidee-BNF-F.-Mitterand--Globes-de-Coronelli-.JPG

     Nous parcourons ensuite les couloirs qui donnent accès aux salles de lecture. Dans l'aménagement des espaces intérieurs, l'architecte Dominique Perrault joue des quatre matériaux élémentaires de la Bibliothèque, l'acier, le béton, le verre et le bois.

     Ici le hall Ouest (qui a son pendant à l'Est) : ses murs sont tapissés de "cottes de maille d'acier" mais le mobilier en bois exotique et la moquette "rouge-roux" réchauffent son aspect volontairement froid qui invite à un recueillement propice à la lecture et à l'étude.

    Hall.jpg

    Nous partons ensuite à la découverte des "coulisses" de la BnF. Ici les rails permettent aux documents d'être véhiculés par l'intermédiaire de nacelles suspendues jusqu'aux salles de lecture : le pilotage se fait par informatique grâce à un réseau couvrant l'ensemble du bâtiment.

     Visite-guidee-BNF-F.-Mitterand--couloir-.JPG

     Visite guidée BNF F. Mitterand (charriots)

     Visite-guidee-BNF-F.-Mitterand--chariot-.JPG

     Un ascenceur ultra rapide nous conduit ensuite au 18ème étage de la Tour des lois (les 19ème et 20ème étages, sont dévolus au système de refroidissement des locaux : il règne à tous les étages de la Bibliothèque une température uniforme de 18°C hiver comme été). Depuis ce belvédère, on jouit de jolis points de vue sur la Seine, sur la capitale vers l'Ouest et sur la banlieue vers l'Est. La Bibliothèque y organise réunions ou réceptions.

     Ici, les volets de bois sont ouverts mais aux étages inférieurs ils sont fermés et servent de protection contre les rayons du soleil puisque les tours sont tout de verre revêtues.

     Visite guidée BNF F. Mitterand (4)

     Vue sur le jardin de la BnF : 12000 m²plantés de pins provenant de la forêt de Bord en Normandie (rassurez-vous, ces pins devaient disparaître car situés sur l'emplacement d'une future carrière...).

     Visite guidée BNF F. Mitterand (3)

     Au premier plan, des immeubles d'habitation pas désagréables du tout avec leurs terrasses arborées... Au loin, le rocher du Zoo de Vincennes.

     Visite guidée BNF F. Mitterand (5)

     Et maintenant : direction le rez-de-jardin.

     Salles-de-lecture-rdj.JPG

     Pour y parvenir, nous devons d'abord reprendre l'ascenceur jusqu'au niveau "0" puis emprunter un grand escalier mécanique qui descend jusqu'à l'étage inférieur. 

     Escalator.jpg

     De là, on a accès à une immense salle de lecture décloisonnée (de 2000 places) qui est réservée aux personnes justifiant d'un projet de recherche. Il règne ici un silence impressionnant.

    salle-du-rez-de-jardin.jpg

     Tout au long de notre visite, nous avons vu ou entraperçu des oeuvres d'art contemporain.

     Créé en 1951, le « 1% » est un dispositif qui consiste à consacrer, à l’occasion de la construction, de la réhabilitation ou de l’extension d’un bâtiment public, un financement représentant un pour cent du coût des travaux à la commande ou à l’acquisition d’une ou plusieurs œuvres d’art spécialement conçues par des artistes vivants pour être intégrées au bâtiment considéré ou à ses abords.

     Deux d'entre elles sont placées dans les espaces publics comme :

     "Toi et moi" de Louise Bourgeois (sculpture en aluminium poli). La moquette "rouge-roux" se reflète dans l'aluminium en lui donnant de belles couleurs.

     Louise-bourgeois_toi_moi.jpg

     Je me souviens que nous avions déjà vu une sculpture de cette artiste à Ottawa devant le Musée des Beaux-Arts : une immense arraignée...

     bourgeois-maman-natgallery.jpg

    "Water lilies" de Roy Lichtenstein (tapisserie d'Aubusson - 1996)

     waterlilies_lichtenstein.jpg

     Les autres se trouvent dans les salles de lecture de la Bibliothèque de recherche.

     "La rosée" de Gérard Larouste

     La-rosee-de-Gerard-Larouste.jpg

     "Donne-moi une parole et je serai guéri" de Martial Raysse

     Martial-Raysse.jpg

     "Sans titre" de Claude Viallat

     Claude Viallat

    "Partition métallique aux taches de lumière" de Jean-Pierre Bertrand

     partition_bertrand.jpg

     La prochaine fois nous irons visiter le site de la Bibliothèque Richelieu ou encore celui de l'Arsenal.


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    pigeaud
    Mercredi 6 Novembre 2013 à 11:37

    bonjour je suis à la recherche de photos de détails de l'œuvre de Martial Raysse à la Bnf. Merci beaucoup. claelia.pigeaud@laposte.net

     

    2
    Mercredi 6 Novembre 2013 à 12:05

    Désolée, je n'en n'ai pas...

    3
    pigeaud
    Mercredi 6 Novembre 2013 à 17:17

    merci quand même,

    cordialement,

    Claélia Pigeaud

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :