• Un 30 juin à Baigneux-les-Juifs

    En ce dimanche de 30 juin, nous avons fêté mon anniversaire au restaurant "La Calmagne" à Baigneux-les-Juifs. Accro au blog de Chritaldesaintmars "Châtillonais en Bourgogne", j'y avais lu une très bonne critique de ce restaurant que personne ne connaissait. Effectivement, l'accueil y est très sympathique, la salle agréable et très claire, il n'y avait pas trop de monde et... nous nous sommes régalés : il y avait la qualité et... la quantité !

      J'ai tout particulièrement aimé les noix de Saint-Jacques accompagnées d'un velouté d'asperges, une recette à retenir (que j'ai trouvée sur Marmiton naturellement...) mais l'entrecôte sauce aux poivres n'était pas en reste.

      Ingrédients (pour 4 personnes) :

      - 16 noix de Saint-Jacques
    - 1 botte d'asperges vertes
    - 30 cl de crème liquide
    - sel et poivre

      Préparation de la recette :

    Laver les asperges et les faire cuire à la vapeur. Quand elles sont cuites, ne prenez que les pointes, réservez-en la moitié et mixer l'autre moitié avec la crème liquide jusqu'à obtenir un velouté. Faites chauffer votre sauce en l'assaisonnant. En même temps faites revenir vos noix de st-jacques dans une poêle. Vous pouvez agrémenter avec une échalotte coupée très fin, du persil et un peu de vin blanc. Servir 4 coquilles par personne dans une assiette avec le reste de pointes d'asperges qu'il vous reste. Arrosez de velouté...

      Noix-de-saint-jacques-et-leur-veloute-d-asperges.jpg

      La commune de Baigneux-les-Juifs tire son nom de l'antiquité (à l'époque romaine, le village s'appelait Balneum, ce qui signifie "petit bain" : à cette époque, les romains y prenaient les eaux. Plus tard, au XVème siècle, une colonie de juifs s'y installa (pour travauller dans les tanneries) et on y adjoignit le suffixe "les Juifs". Mais ceux-ci faisant de l'ombre au Duc de Bourgogne, ce dernier les extermina, une histoire qui devait recommencer plusieurs siècles après...

      Au sortir du restaurant, nous sommes allés voir le lavoir à impluvium. Il date de 1869 comme l'indique l'inscription au sommet de la porte d'entrée et, à l'image des maisons romaines, a l'originalité d'être clos de l'extérieur : il est donc assez austère.

      Le village vu du lavoir des Tanneries

      Néanmoins, une jolie fontaine en orne l'un des côtés.

      Moi devant le lavoir

      En face de la fontaine, une croix à l'abri d'un arbre égaie le paysage.


    Croix-du-lavoir.jpg

      Pour pousser la porte, il faut s'y prendre à deux fois...

     

    Porte d'entrée du lavoir

       Le lavoir pouvait accueillir jusqu’à 8 lavandières. Il est alimenté par la source des anciennes tanneries mais aussi par l’eau de pluie récupérée grâce à sa toiture en compluvium.

      C'est quoi ce mot barbare, me direz-vous ?

      Je me suis informée sur son sens que je ne connaissais pas : l'impluvium étant le bassin recuillant les eaux de pluie, le compluvium est le type de toiture qui permet aux eaux de pluies de converger et de se répandre dedans...

      Le-lavoir-a-compluvium.JPG

      Mais comment les eaux de pluie peuvent-elles couler dans l'impluvium alors que le compluvium a été fermé par une verrière ! Mystère mystère...

      Peut-être que la solution se trouve dans ce panneau explicatif ?

      Philippe MF et François lisent le panneau du lavoir

      Effectivement, la lecture finie, on appuie sur un bouton et... magie : on peut voir la pluie tomber dans le bassin. C'est Ernst Caramelle, un peintre autrichien né en 1952, qui a conçu ce mécanisme fort plaisant.

      Philippe MF et François sous la pluie du lavoir

      Original, non ?

    Pour en savoir plus sur Baigneux-les-Juifs, une petite vidéo de "Communes en Question".

    ICI


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :