• Sur un air de Brassens

       

    Il suffit de passer le pont...

    pour découvrir, non loin de la commune de La Flotte,
    les vestiges de l'abbaye Notre Dame de Ré dite des Châteliers.


    Une courte échelle par Philippe et nous y voilà !
     

     
     
    D'ailleurs, au loin se profile le continent.

    Sans rire : celle-ci, elle est de moi !

      

    Les vestiges actuels de l'abbaye cistercienne remontent au XIVème siècle. Guerre de cent ans, guerres de religions et pirateries ont eu raison de la construction initiale datant du XIIème siècle.

    La façade de son mur Ouest peinte en noir et blanc a longtemps servi de phare aux marins.
    Une grande sérénité se dégage de ce site sans doute par l'absence de grande route à proximité. De plus, les cohortes de continentaux n'ont pas encore afflué vers cette île restée sauvage à cette époque de l'année.

    C'est bien gentil les ruines me direz-vous
    mais ça ne nous donne pas un toit pour dormir ce soir !

    Ca tombe bien car nous avons réservé depuis le mois de septembre dernier un mobil-home à Bois Plage en Ré au camping de la Bonne Etoile. Je vous assure : l'île de Ré est si prisée que les locations se font presque un an à l'avance...

      

    Le moulin de Bel Air : un bon point de repère pour "ceusses" qui comme moi n'ont pas hérité du sens de l'orientation... n'est-ce pas Evelyne ?

     Allez : visite gratuite du mobil-home IRM modèle Titiana

     24 mètres carrés tout compris à nettoyer en tout et pour tout (d'ailleurs c'est ce que nous avons été obligés de faire en arrivant...) le rêve pour des vacances.

     

     et maintenant, l'original déjà habité apparemment...

     

      

    A Bois Plage, comme dans les 10 communes de l'île, le matin il y a un marché et nous y sommes fidèles pour goûter aux produits du terroir.


     
    Ah ! la "pomme de terre de l'île de Ré" à 6 euros le kilo... c'est peut-être pour les touristes ! mais pas pour nous en tout cas.


     
    Allez qu'à cela ne tienne : nous allons nous venger sur les fruits de mer !

    pas mal non plus le rayon épicerie de la mer

     

     et vous vous étonnez après ça que j'arbore une mine réjouie ?

     

     Il faut dire que je suis atablée devant une assiette de fruits de mers et que j'ai déjà avalé une délicieuse soupe de poissons...

     

     

     Sinon, à Bois Plage il y a aussi la Plage du Gros Jonc

    où il fait bon se promener le soir au coucher du soleil avec Denise et Thierry
    Philippe préférant le bungalow
    .

    et cela donne ces images...

     

     
    Vous voyez le Phare, juste dans le mille ?
    Et bien c'est le Phare des Baleines et nous y allons justement.

     

     Du coup, la voiture reprend du service : 40 kms aller-retour, les masos (et j'en connais) le font : pas nous.

    Une petite carte pour se repérer, c'est mieux non ?

     

     

      Quesaco de la légende du Phare des Baleines me direz-vous ?

     

     

    En fait, renseignements pris dans le mensuel du même nom que je vous invite fortement à découvrir (vous y trouverez de très curieuses histoires...), ainsi qu'auprès de l'ancien gardien du phare qui n'est autre que le patron du restaurant dans lequel nous avons déjeuné,

    il s'agirait plutôt de bateaux qui auraient fait naufrage de tous temps
    près de ces côtes accidentées ce qui prêterait  à confusion (une sorte de geyser surgissant de l'épave en train de couler aurait trompé les marins).


    Au retour, nous nous arrêtons à Ars pour mitrailler un peu le clocher de l'église

     

     ou le porche roman


     Evidemment avec du 

     

    ce serait mieux mais je vous l'ai déjà dit, nous ne sommes pas à Rochelle (voir l'article intitulé "de l'utilité de l'article) !

    Sinon, à Ars il y a aussi dans l'église une intéressante tapisserie
    faite main par une centaine de paroissiens pour le Téléthon
    et représentant l'île de Ré

      

    et voici le Bois Plage immortalisé par Philippe


     ainsi qu'une des maisons de cette charmante bourgade joliment mise en valeur par André

     

     

     Mais retournons à nos moutons, c'est à dire à nos vélos car c'est bien du vélo que nous sommes venus faire dans cette île paradisiaque ? et des vélos, ce n'est pas ce qui manque au camping de la Bonne Etoile !

     

    Ceux-là nous ont conduit à Loix par la piste cyclable.

     

     

     Je vous l'avais dit que c'était une piste cyclable !

     

     

    et voici la seule écluse à marée de toute l'île.

     

     et les marées, sur l'île on en connaît l'utilité, avec la production de sel dans les marais salants. Allez, je vous emmène visiter l'écomusée du marais salant
    qui se trouve à Loix justement.

    Le seul vélo de l'île avec une cagette en bois comme porte bagages,
    c'est celui de Philippe : on est menuisier ou on ne l'est pas !

     

     

     Une très bonne visite guidée nous attend avec tout d'abord une maquette du site que nous visiterons après. Très utile pour comprendre, la maquette ! Pas moins de 4 étapes de décantation du sel dans les différents bassins avant de pouvoir enfin récolter l'or blanc.

     

     

     L'évolution du métier de saunier sur l'île de Ré...

     

     

     

     Il faut dire que c'est un métier dur car le travail sur les marais salants se fait toute l'année même si la récolte du sel ne se passe que de Juin à Septembre. De plus, la récolte est intimement liée à la météo : ainsi en 2003 la récolte a été telle que les sauniers ont dû recourir au stockage du sel sous des bâches en plastique. Par contre, l'an dernier l'été a été tellement pourri qu'il n'y a pratiquement pas eu de récolte...

    Ah, ces fonctionnaires, ils ne connaissent pas leur bonheur !

     Mais on ne va pas s'étendre sur un sujet qui fâche...

    Allons plutôt visiter le marais in situ.

    Voici le premier bassin de récolte de l'eau de mer : c'est le vasais. Il communique directement avec la mer et est rempli 2 fois par mois lors des grandes marées en franchissant une digue préalablement aménagée par le saunier (la mer est au fond sur la photo).

     

     La petite avancée de bois, c'est pour permettre l'accès au bouchon qui retient l'eau prisonnière du vasais. Quand il le désire, le saunier retire le bouchon (c'est aussi simple que cela) pour libérer l'eau de mer dans la métière. Celle-ci va alors cheminer au travers d'un véritable labyrinthe (2 kilomètres) avant d'arriver aux tables courantes. Puis c'est la dernière étape avec le passage de l'eau chargée en sel dans les champs de marais où le sel est suffisament concentré pour y être récolté.

    Bien sûr, il faut nettoyer tout ça régulièrement.

    Mais le nettoyage est parfois fructueux : il permet de récolter par exemple la salicorne, plante qui pousse dans les terrains salés et qui assaisonne agréablement une viande froide ou une salade. Certains la mangent même avec une raclette, des huitres ou de la langue sauce madère.

     

     

     Les tables courantes au premier plan et tout au fond les champs de marais où se passe la récolte du sel.

    Près du marais nichent de très nombreux oiseaux migrateurs.

    Pas facile de les photographier...
    Voici des tadornes (plus original comme nom que les canards non ?)

      et voici une échasse blanche : contrairement à son nom, elle a les ailes noires et les pattes rouges !

     

     

     Ouf ! la leçon est finie...

    J'espère que je vais avoir une bonne note Madame l'Inspectrice ?

    Mais laissons l'école de côté puisque ce sont les vacances et retournons à nos pédales !

    Celles-ci nous ont aussi emmenés à Sainte Marie, petite commune entre terre et mer située non loin du pont. Comme dirait Philippe "il n'y a pas de quoi casser trois pattes à une tadorne" ! mais tout de même beaucoup de charme je trouve.

    Au fond derrière les vignes, le clocher de l'église (je précise car ce n'est vraiment pas évident : je vous conseille de prendre vos jumelles !)

     

     

     

     Ah...le voilà ce beau clocher flamboyant !

     

     Comme dans beaucoup d'églises de l'île une maquette de bateau pend au plafond, pour veiller sur les marins.

     

     

     On trouve ce genre de petite remorque dans toute l'île. En principe c'est réservé aux enfants qui dorment dedans, allègrement bersés par les secousses dues aux nids de poule... mais parfois on y voit des chiens !

    Autre jour, autre ballade : cette fois-ci nous nous dirigeons
    vers l'ouest de l'île pour aller visiter La Couarde sur mer.

    Il a plu cette nuit si mes souvenirs sont bons...

     
     
    Les jeunes pieds de vignes sont protégés des éventuels prédateurs par des filets en plastique bleu très caractéristiques.

     

     On voit aussi parfois des plantations de poteaux... Ah, ces rhétais, toujours prompt à la plaisanterie (quelquefois que ça pousse !)

     

     

     La Couarde, c'est un beau petit village à vocation essentiellement touristique. Au centre, l'église bien sûr comme toujours.

     

     

     

     

    Le kiosque à musique est le seul subsistant sur l'île et c'est l'été qu'il prend tout son sens.

     

     

     les ruelles commerçantes gravitent autour, attirant le chaland.

     

     

     

    Cherchez l'erreur....

     

     Au fait, La Couarde, c'est au bord de la mer !

     

     

     Pourquoi ne pas terminer cette petite visite par la "capitale" ? J'ai nommé Saint-Martin de Ré, à deux coups de pédale du camping.

     La bourgade de Saint-Martin est cernée de tous côtés par les remparts construits sous Louis XIV par Vauban pour défendre l'île des anglais.

     

     

     

     

     On rentre dans la ville par deux portes similaires, soit la porte des Campani soit la porte de Toiras.

     

     

     Il n'est pas rare d'y voir paître les fameux ânes à poils longs typiques de l'île et qui portaient autrefois des culottes pour éviter à leur monture de tomber suite à une ruade provoquée par les moustiques qui peuplaient les marais.

     

     En été, ceux-ci sont culottés en l'honneur des touristes mais en avril, ils se découvrent d'un fil !

     

     

     

     Après avoir longé la mer et fait quelques photos en compagnie de mes cousins de Rouen Evelyne et André,

     

     

    tiens : revoilà Philippe et son éternelle cagette de bois !

    Nous avons rejoint le port. Comme vous le voyez, beaucoup de bateaux de plaisance.
    La voile c'est le truc des réthais et cela fait joli sur les photos...

    Un petit tour vers l'église
    (il faudra dire au jardinier municipal de faire son travail !)

    pour admirer une  statue de Saint Martin je suppose.

    et pour monter en haut du clocher afin d'admirer la vue sur la ville.

     

     

     

     

    Rendez-vous l'an prochain à la même époque pour d'autres aventures de "Claire au pays des merveilles"


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :