•  En prenant le métro Place d'Italie pour me rendre aux Halles, j'admire au passage les superbes paulownias en fleurs qui l'encerclent.

    Le quartier Montorgeuil avec Anne-Marie

    Anne-Marie Guérin, parallèllement à sa nouvelle fonction de Présidente de Générations13, continue d'animer tous les quinze jours ses petites balades dans Paris. Elle nous a donné rendez-vous aujourd'hui à l'angle des rues Montorgueil et de Turbigo, en plein quartier des Halles.

    Le quartier Montorgeuil avec Anne-Marie

    La brasserie "La Pointe Saint-Eustache" possède une jolie fresque.

    Le quartier Montorgeuil avec Anne-Marie

    C'est non loin de là, rue Pirouette (actuelle rue Mondétour), que se tenait autrefois le Pilori des Halles - encore appelé Pilori du Roi - qui punissait les criminels, voleurs, assassins, blasphémateurs en leur faisant faire "la pirouette"...

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Gravure ancienne présentée par Anne-Marie

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Il fut construit sous Saint-Louis (réglementé en 1347 sous Philippe VI le Valois) et fût aboli un peu avant la Révolution.

    ◄►◄►◄►◄►

    Mais d'où vient ce nom de "pilori" ?

    Différents historiens ont donné plusieurs étymologies de ce nom mais celle qu'en donne Henri Sauval, historien français du XVIIème siècle, est plus vraisemblable que toutes les autres. En 1295, était un puits appartenant à un bourgeois du nom de Lori et un gibet placé à côté en prit le nom. On construisit sur l'emplacement du puits Lori comblé, une tour de pierre octogonale d'environ 3 mètres de haut, dont l'étage supérieur était percé de grandes fenêtres sur toutes ses faces. Au milieu de cette tour était une roue en bois, tournant sur pivot et percée de trous par lesquels on faisait passer la tête et les bras de la personne condamnée.

    On l'exposait ainsi aux regards, aux quolibets et aux insultes de la foule pendant trois jours consécutifs de marché, durant l'espace de deux heures et, de demi-heure en demi-heure, on faisait tourner la roue, afin que le malheureux exposé put être vu de tous côtés. Il était permis de lui jeter de la boue et des ordures, mais non des pierres et autres objets de nature à le blesser. Les prisonniers restaient ensuite au pain et à l'eau. S'il s'agissait d'un récidiviste, il était mis au pilori une journée entière un jour de marché important et on lui fendait la lèvre supérieure... Une manière intéressante de traiter la petite et moyenne délinquance… mais tellement hors de notre temps !

    Sur ce tableau de Philibert-Louis Debucourt (Réjouissances données par la ville de Paris à l'occasion de la naissance du Dauphin), on peut voir le Pilori des Halles (1782).

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    En France, le pilori porte aussi le nom d'échelle, notamment dans des régions proches de Paris où certaines communes possèdent encore une « rue de l'échelle » perpétuant ce souvenir. Le condamné, pour accéder au plancher où il est exposé au public, devait emprunter une échelle d'où le nom de ce tourment.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    A Paris la rue de l'échelle relie la rue de Rivoli à l'avenue de l'Opéra.

    ◄►◄►◄►◄►

    Les pavillons Baltard et l'église Saint-Eustache au XIXème siècle

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Les halles le matin devant l'église Saint-Eustache (carreaux de céramique peints du restaurant "Le Cochon à l'Oreille" au 15 rue Montmartre)

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    La végétation débutante laisse entrevoir le chevet de l'église Saint-Eustache.

    Le quartier Montorgeuil avec Anne-Marie

    L'intérieur est très riche : cliquez sur l'image pour la voir en grand.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    La chapelle de la Vierge se trouve au centre du déambulatoire.

    Outre les fresques de Thomas Couture sur le thème de la Vierge, elle renferme une sculpture très expressive de Jean-Baptiste Pigalle.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    La Vierge à l'enfant (Pigalle)

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Autre sculpture remarquable, celle du mausolée de Colbert par Antoine Coisevox (1640-1720) d'après des dessins de Charles Le Brun.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    La statue de Jean-Baptiste Colbert agenouillé et priant

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    est entourée de deux autres sculptures : La Fidélité

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    et la Piété ou l'Abondance (oeuvre de Jean-Baptiste Tuby)

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Dans la Chapelle Saint-Vincent-de-Paul se trouve un triptyque dû à Keith Haring intitulé "La Vie du Christ".

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    En continuant à déambuler..., on peut voir dans la Chapelle des Pélerins d'Emaüs, une oeuvre de Raymond Mason, sculpteur d'histoire.

    Le 28 février 1969, il met en chantier cette oeuvre monumentale, "Le Départ des fruits et légumes du coeur de Paris", à laquelle il se consacre jusqu'en 1971. A l'étrangeté du thème, Mason ajoute celle d'une polychromie intense, si vive que l'on n'avait sans doute rien vu de tel depuis la sculpture médiévale.

    Les halles s'installeront à Rungis en banlieue sud un mois plus tard.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Nous voici maintenant en vue des grandes orgues qui ont rendu l'église célèbre pour ses concerts presque gratuits du dimanche après-midi. On voit ici que la console de l'organiste est complètement décalée de l'instrument (elle est reliée aux orgues par un système électrique et protégée en dehors des messes et des concerts par une cage de verre).

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Waaaooouuuh...

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    C'est ainsi que ce dimanche 14 mai à 17h30  il y aura une audition d'orgue par Thomas OSPITAL, titulaire, avec au programme :

    Francois COUPERIN (1668-1733), Offertoire sur les Grands Jeux 
    (extrait de la messe des paroisses)

    Anonyme, Trois Danses

    Carl Philipp Emanuel BACH (1714-1788), Sonate en Fa majeur Wq 70, 3
    Allegro
    Largo
    Allegretto

    ◄►◄►◄►◄►

    En vue du choeur...

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Une jolie crucifixion, malheureusement en contre-jour...

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Les chapelles latérales ont été décorées au XIXème siècle.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Au sortir de l'église, le Pied de Cochon, célèbre Brasserie parisienne au service continu 24h/24 et 7jours/7. Cette année, la Brasserie fêtera ses 70 ans.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Les clochards disposaient, à l'époque des halles de Baltard, du « coin des cloches » et se régalaient tous les soirs d’une soupe à l’oignon qui leur était offerte par Clément Blanc, le propriétaire des lieux.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Pour lire le menu..., cliquez sur l'image.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Le groupe devant la Bourse du Commerce

    Cliquez !

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    La Bourse du Commerce au XIXème siècle

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    La Bourse du Commerce remplace depuis 1888 l'ancienne Halle aux blés. Contre elle, se situe une colonne dorique cannelée très célèbre, la colonne de Catherine de Médicis, seul reste de l'Hôtel de Soissons bâti en 1573. La colonne, qui communiquait avec les appartements de la Reine, était principalement destinée à son astrologue florentin, Côme Ruggieri, pour qu'il puisse y faire des observations du ciel et des prévisions...

    Pour la petite histoire, Anne-Marie nous raconta que celui-ci aurait prédit à la Reine qu'elle mourrait « près de Saint-Germain ». Catherine de Médicis, très superstitieuse, s'éloigna alors de tous les endroits rappelant de près ou de loin « Saint-Germain », pensant ainsi échapper à la funeste prédiction. Ainsi, par exemple, elle fit interrompre la construction du Palais des Tuileries dépendant de la paroisse de Saint-Germain-l'Auxerrois et s'installa précipitamment en 1572 dans ce qui allait devenir l'Hôtel de la Reine, dépendant de la paroisse de Saint-Eustache. Elle refusa également de se rendre au château royal de Saint-Germain-en-Laye. Mais le destin la rattrapa, et sur son lit de mort, lorsqu'elle demanda son nom au confesseur appelé auprès d'elle pour lui porter l'extrême-onction, celui-ci répondit : Julien de Saint-Germain...

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13 

    A mi-hauteur de la colonne, le monogramme de Catherine de Médicis et de Henri II dont les lettres sont enlacées est gravé dans la pierre : les deux C et le H forment un double D rappelant la favorite, Diane de Poitiers...

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    La colonne creuse de 30 m de haut et de 3 m de large comporte un escalier à vis. Elle a été restaurée une première fois en 1888-1889 ce qui a entraîné la disparition d'un des cadrans solaires les plus originaux jamais construit.

    Le cadran de Pingré au XIXème siècle

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    A l’occasion de la rénovation du jardin des Halles, il semble opportun de réhabiliter cet exceptionnel cadran solaire, unique au monde. Cela consiste dans un premier temps à rendre à nouveau lisse une partie de la colonne, à installer 15 styles droits puis à tracer le cadran, soit en le gravant, soit en le peignant, en ne perdant pas de vue que ce tracé doit résister aux outrages du temps. Au pied de la colonne, à l’usage du public, il serait nécessaire qu’une plaque donne les indications relatives à sa lecture. La Ville de Paris pourrait alors s’enorgueillir de posséder un cadran solaire unique, constituant pour le public une attraction à la fois pédagogique et scientifique.

    Sur les palissades actuellement en place autour du bâtiment se trouvent des panonceaux dans plusieurs langues expliquant au passant le devenir proche de ce monument. 

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Voilà ce qu'on pourra admirer quand le Musée de M. Pinault sera ouvert au public fin 2018. Cinq peintres (Laugée, Luminais, Mazerolle, Clarin et Lucas) ont chacun exécuté, en 1886, une fresque sur plus de 1400 m2 symbolisant le commerce international : l'idée était de louer les bienfaits du commerce et de traiter de son histoire avec les cinq continents.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Continuons notre promenade...

    Nous voici maintenant rue du Jour devant la façade de l'Hôtel de Royaumont avec en arrière-plan l'église Saint-Sulpice.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    L'Hôtel particulier est maintenant occupé par agnès b.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

     En face, au numéro 25, se trouve l'ancien Hôtel de la Porte actuellement Musée du Barreau de Paris.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    La rue du Jour était traversée autrefois par l'enceinte de Philippe Auguste.

    Plan de Braun et Hogenberg (vers 1530)

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Au 30 de la rue Montmartre se trouve une plaque indiquant qu'ici se trouvait la Porte Montmartre. Celle-ci fût démolie vers 1550.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Nous traversons la rue Montorgueil au niveau de "L'escargot Montorgueil", un restaurant de cuisine traditionnelle qui pouvait s’enorgueillir d’une clientèle venue du monde des arts, des lettres et du spectacle, notamment Sarah Bernhardt, Marcel Proust, Sacha Guitry, Georges Feydeau, Cécile Sorel, Charlie Chaplin, Mistinguett, Jean Cocteau, Picasso, Salvador Dali…

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Sa marquise de fer et de verre et son enseigne datent de 1900.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Au 38 de la rue Mauconseil, un trumeau apposé au-dessus d'une porte cochère rappelle qu'ici se trouvait (du XVIème et au XVIIIème siècles) le théâtre de l'Hôtel de Bourgogne (il s'agissait de la porte du parterre tandis que l'accès principal se situait rue Neuve-Saint-François ou rue Française - ainsi baptisée en l'honneur de François Ier).

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13 

    Une "pelle" Starck située au 20 rue Etienne Marcel dit que "Sur un terrain situé à lest de cette voie, les Confrères de la Passion font construire une salle de spectacles inaugurée le 30 août 1548. Devenue en 1629 le théâtre de l’hôtel de Bourgogne, sa troupe rivalisait avec les comédies de Molière".

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Une plaque apposée au 29 de la rue Etienne Marcel le commémore.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    La Tour Jean-Sans-Peur située rue Etienne Marcel est le seul vestige subsistant aujourd'hui de l'Hôtel de Bourgogne.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Non loin de là, la Place Goldoni du nom du célèbre auteur italien présente un mur décoré de ballons et une inscription : "On raconte que les vibrations dues aux ballons lancés contre ce mur peuvent réveiller des racines d'arbustes qui sommeillaient sous la terre depuis parfois des siècles. Peut-être n'est-ce qu'un simple hasard mais lorsqu'ils atteignent les traces laissées par les ballons qui leur ont rendu la vie, la plupart des arbustes trouvent leur taille adulte. Certains au contraire, cherchent d'autres points de repère pour avoir une raison de grandir encore un peu".

    Ce mur aveugle a ainsi retrouvé un peu de vie...

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    C'est sur cette place qu'Anne-Marie rappelle à ceux qui ne le savent pas déjà l'origine du nom de la rue voisine (Marie-Stuart), un temps appelée rue Tire-Vit (vit est synonyme de pénis, du latin vectis, soit une barre ou un levier) puis rue Tire-Boudin pour ne pas offusquer la souveraine franco-anglaise.

    La rue était alors très fréquentée par ces dames... depuis qu'un décret de Saint-Louis en 1256 interdisait la prostitution dans Paris alors limité par l'enceinte de Philippe Auguste.

     

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    La rue Marie-Stuart assurait au XVIIIème siècle le débouché des Messageries du Grand Cerf.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Le Passage du même nom se trouve juste en face.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    C'est au numéro 5 de la rue Marie-Stuart qu'un jeune homme, "Chef à domicile" de la Société Chef-Service, nous harponne très gentiment au passage en nous proposant de goûter à des insectes grillés.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Avouez qu'il a un beau sourire !

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Nous voici arrivés rue Montorgueil : le Café "Le Compas" y fait l'angle avec la rue Marie Stuart.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Anne-Marie nous explique qu'au XVIème siècle se trouvait ici une auberge nommée Le Compas d'Or. La cour comportait un ancien et vaste hangar abritant les diligences pour Dreux, Creil et Gisors.

    C'est dans l'un des logements situés au fond de la cour que Pierre François Lacenaire et son complice Victor Avril tentèrent d'assassiner un garçon de recettes. Fort heureusement, celui-ci se défendit... si bien que les deux lascars se virent obligés de s'enfuir assez piteusement.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Lacenaire, un inquiétant personnage qu’il valait mieux avoir en peinture que comme voisin de palier… Les bourgeoises et les bourgeois de l’époque en frissonnent encore… 

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Saviez-vous que Pierre François Lacenaire était aussi un poète et un écrivain ? Contrairement à son comparse Avril, ce dandy attirait paradoxalement la sympathie des foules...

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    La figure de Lacenaire est sortie de l'ombre grâce aux Enfants du paradis de Prévert et Carné (ici joué par Marcel Herrand, à droite d'Arletty).

    Le quartier Montorgueil avec Générations13

    Une belle enseigne de pharmacie au 49 de la dite rue Montorgueil

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Et puis il y a un peu plus loin la fameuse Pâtisserie Stohrer...

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    L'immeuble, de la fin du XVIIIème siècle, comporte un curieux linteau surmontant le portail : un globe terrestre entouré des attributs des Arts et des Lettres. C'est l'architecte Charles Rohault de Fleury dont c'était la maison qui l'avait fait sculpter. Il a réalisé par ailleurs les serres du Jardin des Plantes.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Marie Leczynska, à l'occasion de son mariage avec Louis XV,

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    vint à Paris en emmenant avec elle le pâtissier-cuisinier de son père, Monsieur Stohrer. Cinq ans plus tard, celui-ci s'installait rue Montorgueil et ouvrait une pâtisserie avec pour spécialités les "babas" et les "puits d'amour".

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Le puits d'amour est un gâteau rond en pâte feuilletée ou en pâte à chou décoré de sucre glace et dont le centre évidé (le puits) est fourré à la crème pâtissière ou à la confiture.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Jolie enseigne que celle de ce café !

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Sympa aussi celle de ce Palais du Fruit...

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Une très belle façade d'immeuble : Au Rocher de Cancale

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Balzac, Alexandre Dumas père, Théophile Gautier, Eugène Sue, les frères Goncourt, Baudelaire, Gavarni… y venaient déguster ses célèbres huîtres.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    A la Mère de Famille : la plus ancienne chocolaterie de Paris (depuis 1761)

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Un peu plus loin, une plaque commémorant un bien triste événement... Une époque révolue heureusement.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Une jolie mosaïque fait l'enseigne de ce café.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Nous passons aux numéros 11-12 devant cette vitrine apparemment sans beaucoup d'intérêt mais...

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    si on lève les yeux, au premier étage se trouve une peinture colonialiste représentant un serviteur noir qui sert un café à son maître : il s'agit de l'enseigne d'un ancien magasin de torréfaction. Un peu dérangeante pour la société qui est la nôtre, Wikipédia a poussé le détail jusqu'à la flouter...

    Heureusement que je l'avais repérée !

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Nous voici arrivés à l'extrémité de la rue Montorgueil qui débouche sur la rue Réaumur au niveau du métro Sentier. Une jolie arche de jardin agréablement couverte de végétation marque l'entrée de ce "marché" où la circulation est très réduite, ce qui n'est pas pour déplaire à la touriste que je suis.

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Pour se repérer...

    Le quartier Montorgeuil avec Générations13

    Merci beaucoup à Anne-Marie
    qui m'a fait découvrir plein de lieux que je ne connaissais pas, et pourtant je suis une pure parisienne !


    votre commentaire
  • Il y a un quelques temps, je suis allée voir l'exposition Bernard Buffet au Musée d'Art Moderne.

    Le bâtiment est de style Art Déco.

    Exposition Bernard Buffet

    Le portail d'entrée est l'oeuvre du ferronnier d'art Adalbert Szabo : il est décoré de huit hauts-reliefs en bronze doré peut-être (?) l'oeuvre du sculpteur Gabriel Forestier.

    Exposition Bernard Buffet

    Exposition Bernard Buffet

    Bernard Buffet, c'est ma jeunesse : il faisait parfois la Une du journal télévisé des années 60 - époque à laquelle mes parents se décidèrent enfin à acheter la télévision (en 1964 exactement : j'ai un repère car nous avons pu voir en direct l'assassinat de Kennedy.), télévision qui était incompatible à leurs yeux avec les études de leurs deux filles... Maintenant les enfants ont une tablette à 5 ans quand ce n'est pas avant ! Autres temps, autres mœurs.

    C'était en effet à cet époque un peintre qui avait le vent en poupe : aussi novateur que Picasso, sa peinture étonne et même parfois dérange - le monde de l'art en tout cas - mais pas le public, qui lui l'acclame.

    Exposition Bernard Buffet

     Bernard Buffet est né en 1928 à Paris. Elevé aux Batignolles, il commence à peindre ou à dessiner à l'âge de 10 ans. Renvoyé du Lycée Carnot en 1939, il suit les cours du soir de la Ville de Paris où il est initié au dessin. En 1946, il expose son premier tableau, un autoportrait au Salon des moins de trente ans à la Galerie des Beaux-Arts.

    En 1958, alors qu'il venait de quitter Pierre Bergé, avec lequel il vivait depuis plusieurs années et qui gérait sa carrière, il rencontre Annabel Schwob dont il tombe amoureux. Buffet devait la portraiturer inlassablement. En 1961, l'une de ses expositions s'intitula « Trente fois Annabelle Schwob ».

    A ses débuts, au sortir de la guerre, la rareté des couleurs disponibles commande la tonalité générale de ses peintures (gris, ocre) et la finesse de la couche picturale. Il prend ses proches comme sujets, se peint beaucoup lui-même et fait l’inventaire des objets familiers : paniers à bouteilles, dessous de plats, lampes à pétroles et moulins à café. Les animaux qu’il peint – lapin, raie, achetés au marché – s’inscrivent dans une tradition picturale, de Chardin à Courbet.

     L'invention d'un style 

    L'atelier (1947)

    Le peintre s'y est représenté.

    Exposition Bernard Buffet

    La ravaudeuse de filets (1948)

    J'ai adoré ce tableau que je ne connaissais pas.

    Exposition Bernard Buffet

    Deux hommes dans une chambre (1947)

    Il faut oser...

    Exposition Bernard Buffet

     Le buveur (1948)

    Dans la lignée des buveurs d'absinthe de Degas à Picasso...

    Exposition Bernard Buffet 

    Nature morte au coq mort (1947) 

    Exposition Bernard Buffet 

    Pierre Bergé (1950)

    C'est l'année où le peintre rencontre le rencontre à Paris. Il deviendra son compagnon jusqu'à sa rencontre avec Annabel

    Exposition Bernard Buffet

     La Passion 

    Pieta (déposition de croix) - 1946 

    Exposition Bernard Buffet

    La Passion du Christ (Crucifixion) - 1951

     Exposition Bernard Buffet

    Lapidation (1948) 

    Exposition Bernard Buffet

    La barricade (1949)

    Exposition Bernard Buffet

     Nanse 

    La maison (1951)

    Bernard Buffet et Pierre Bergé séjournaient parfois à Nanse dans les Alpes de Haute Provence.

    Exposition Bernard Buffet

     

    Intérieur de la maison de Nanse

    On y voit le peintre en train de terminer son autoportrait (le tableau est adossé au mur de pierres sèches).

    Exposition Bernard Buffet

    Autoportrait (1952)

    Exposition Bernard Buffet

     Le cirque 

    Bernard Buffet effectue plusieurs tableaux sur le thème du cirque, destinés à son exposition de 1956 à la Galerie Drouant- David.

    Tête de clown (1955)

    Dans les années 60, des reproductions de cette oeuvre sont diffusées dans le monde entier.

    Exposition Bernard Buffet

    Les trapézistes (1955)

    Exposition Bernard Buffet

    Acrobates (1955)

    Exposition Bernard Buffet

     Horreur de la guerre 

    Une pièce entière est réservée à l'exposition du Tryptique "Horreur de la guerre".

    Le peintre se défend ici de toute intention politique. Il dit qu'il a seulement peint ce que lui inspirait la guerre : "Si j'ai été aussi violent, c'est que le sujet traité ne permettait pas la douceur".

     

    Exposition Bernard Buffet

    L'ange de la guerre (1954)

    Exposition Bernard Buffet

    Exposition Bernard Buffet

     Que c'est bien observé !

    Exposition Bernard Buffet

    Les pendus (1954)

    Exposition Bernard Buffet

    Exposition Bernard Buffet

    Les fusillés (1955)

    Exposition Bernard Buffet

    Sans commentaire...

    Exposition Bernard Buffet

     La fureur de peindre 

    Le sommeil d'après Courbet (1955)

    Exposition Bernard Buffet

    Autoportrait (1955)

    Exposition Bernard Buffet

    Atelier (1958)

    Exposition Bernard Buffet

    Illustration de "La voix humaine" de Cocteau (1957)

    Exposition Bernard Buffet

    Exposition Bernard Buffet

    Exposition Bernard Buffet

    Exposition Bernard Buffet

     Annabel 

    La natte - 1960

    Exposition Bernard Buffet

     A cette date s'arrête le Bernard Buffet que j'aime. L'exposition le montre dans son intégralité mais cela ne me branche pas de vous montrer la suite.

    Na !


    votre commentaire
  • Encore une nature morte !

    Le petit dernier en date 

    Aux pastels secs

    Le petit dernier en date

    Que du plaisir !


    votre commentaire
  • La journée qui s'annonçait belle, avait mal commencé avec un groupe de douze randonneurs coupé en deux à la descente du train en gare de Sermaise, faute à un conducteur mal embouché - ou distrait - mais surtout pressé de rejoindre son terminus, Dourdan, pour siroter un café en compagnie de ses collègues...

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Le nez et la barbe de Paul sont heureusement restés sur le quai avec leur propriétaire, les portes du train ne coinçant heureusement que les bâtons d'Anne durant le trajet entre les deux gares.

    Après un aller-retour Sermaise-Dourdan, le groupe s'est retrouvé avec joie, une demie-heure plus tard tout de même. La Senecefe c'est plus ce que c'était ma bonne dame !

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Nous avions déjà vu lors d'une randonnée l'an passé cette très belle Eglise de la Nativité de la Très Sainte Vierge - encore appelée Sainte-Anne - à Sermaise mais c'est toujours un plaisir de la fixer sur la "pellicule".

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Qui sait si lors d'une prochaine balade nous parviendrons à en visiter l'intérieur ? Elle est souvent fermée comme toutes les églises de campagne...

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Le printemps est bien là : une jolie glycine orne le mur de cette maison rurale.

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Nous prenons ensuite le chemin de la forêt en longeant un jardin où l'on peut admirer un arbre de Judée. Le nom de cet arbre m'a intriguée : j'ai trouvé sur le net qu'il venait peut-être de ce que Judas, s'étant repenti de sa trahison après-coup, se serait pendu à l'une de ses branches. Par ailleurs, cet arbre semble être très courant en Israël.

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Une multitude de jacinthes sauvages a élu domicile dans le sous-bois.

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Du jaune cette fois-ci avec ces genêts...

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    et ce champ de colza à l'orée de la forêt.

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Ca vaut bien une photo, n'est-ce pas Annie ?

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    et même deux !

    Symphonie en bleu et jaune pour Générations 13

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Du blanc cette fois-ci avec cette fleur des sous-bois nommée "Sceau de Salomon" nous dit Annie (celle-ci, outre sa gentillesse, est précieuse dans les randonnées par sa grand connaissance des plantes).

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Son nom de Sceau viendrait de la trace que laissent les tiges chaque année sur le rhizome lorsqu'elles tombent, formant une cicatrice circulaire bien marquée qui apparaît sur un petit renflement, et ressemblant à un cachet ou sceau de cire. Quant au nom de Salomon, la réputation légendaire de ce roi lui attribuait la connaissance universelle et la sagesse, y compris des plantes.

    Le Sceau de Salomon a été utilisée comme plante médicinale pendant des siècles : il valait mieux la connaître et donc faire preuve de sagesse, car si l'on se trompait, cela pouvait être très dangereux : considérée comme toxique, la plante n'est plus utilisée actuellement dans les préparations officielles.

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Encore une fleur des sous-bois blanche

    La Stellaire (dixit Annie). Ma mémoire me surprend : moi qui me plaint de ne pas en avoir !

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Un pique-nique parmi les jacinthes pour Jacqueline et Paul

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Marie-France et Nicole

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Quand je vous disais qu'on pique-niquait parmi les jacinthes !

    Anne, Annie et Maryannick. Les autres étaient hors de mon champ de vision...

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Nous voici arrivés en vue du Château du Marais, considéré comme le plus beau Château Louis XVI de l'Ile-de-France. Il ne se visite que le dimanche en saison (musée et parc).

    Un superbe platane situé en bord de route agrémente la pièce d'eau qui le précède.

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Symphonie de "bleu" avec ce lilas...

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    et cette glycine

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Une vulgaire aigrette de pissenlit fait une jolie photo, non ?

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Et c'est reparti pour les colzas !

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    Le retour en direction de la gare de Saint-Chéron

    Symphonie en bleu et jaune avec Générations 13

    J'ai adoré cette randonnée en Hurepoix alternant agréablement les passages en sous-bois avec les traversées de champs : merci à toi Jacqueline de l'avoir préparée pour nous.


    2 commentaires
  • Ah la la... Le temps passe trop vite ou alors j'ai trop de choses à faire !

    Déjà cinq semaines que nous sommes allés visiter Semur avec notre amie Régine et je n'ai toujours pas rendu compte de cette petite escapade...

    Le point de vue sur la ville depuis le pont Joly est particulièrement beau : c'est de là qu'on a la meilleure vue sur les tours du donjon qui sont très impressionnantes.

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    Au loin la Collégiale Notre-Dame

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    En voici justement le chevet : nous sommes ici en plein coeur de la ville historique.

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    Après être passés prendre de la doc à l'Officie du Tourisme, nous voici partis à la découverte de la ville pour un circuit de 1h30.

    Un petit contre-jour... sur la façade de l'église

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    Le portail des Bleds (ainsi nommé parce qu'il donnait autrefois sur les champs cultivés) est une oeuvre remarquable datant du milieu du XIIIème siècle : son tympan raconte la vie de Saint-Thomas tandis qu'au niveau de sa voussure 12 personnages évoquent les 12 mois de l'année.

    On peut remarquer plusieurs personnages profanes en haut des colonnettes qui supportent le tympan.

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    L'intérieur de l'église est d'une incroyable richesse : dès l'entrée, je suis frappée par l'encadrement de cette Chapelle des Fonts Baptismaux ainsi que par un Christ de Pitié du XVIème siècle.

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    Encore appelé Christ aux liens ou Christ assis : il s'agit d'une représentation artistique de Jésus attendant son supplice.

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    Mais le chef-d'oeuvre de cette église est certainement cette mise au tombeau exécutée en 1490 par l'atelier d'Antoine Le Moiturier que je n'ai pu malheureusement pas pu approcher car elle était derrière des grilles.

    Au centre, la Vierge Marie soutenue par Saint Jean-Baptiste et Marie-Madeleine. Le groupe est incomplet : deux anges deuillants sont conservés au musée municipal tandis que deux autres reposent au musée du Louvre à Paris.

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    Un peu plus loin se trouve la tour eucharistique : cette fine colonne de dentelle de sept mètres de haut date du XVème siècle. Il s'agit de l'une des formes anciennes du tabernacle.

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    La très élégante porte qui le ferme a été exécutée en 2002 (en remplacement de celle d'origine disparue) par un maître ferronnier semurois, Charles Gally.

    La photo est extraite du blog de Christaldesaintmarc que je ne saurais trop vous conseiller, en particulier si vous voulez en savoir plus sur la Collégiale de Semur.

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    Quant à cette petite porte en bois ornée de ferrures et située juste à côté, je ne connais pas son usage... mais elle m'a semblé originale.

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    L'autel de cette chapelle (dédiée autrefois à la Vierge et à Saint-Crépin, patron des cordonniers) est surmonté d'un baldaquin de style gothique en bois peint et doré du XVème siècle du plus bel effet.

    Le tableau d'autel représente un arbre de Jessé et date de 1454.

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    Cliquez sur l'image pour la voir en grand.

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

     De très jolis vitraux (du XIIIème siècle) dans la Chapelle Notre-Dame et une Vierge (copie de la Vierge sur le trumeau du grand portail de Notre-Dame-de-Paris) offerte en 1851 par Viollet-le-Duc lors de la restauration de l'église.

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    Le soleil joue avec les piliers du déambulatoire...

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    Et voici le Chœur avec les élégantes colonnettes de son triforium

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    Au fond, le buffet d'orgues

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    Il y aurait encore beaucoup à voir dans cette église mais... le temps presse et le soleil nous attend pour la visite de la ville médiévale.

    Nous voici dans la rue Frénet (qui est pavée) qui fait face à la Collégiale.

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    Plusieurs restaurants ont déjà installé leur terrasse. 

    Visite de Semur-en-Auxois

    Qui se cache derrière l'imposant portail de cet hôtel particulier... ?

    Visite de Semur-en-Auxois 

    On dirait bien qu'une lionne en garde l'entrée ! 

    Visite de Semur-en-Auxois 

    Voici l'enseigne du restaurant dans lequel Régine nous a invités pour nous remercier du séjour qu'elle a passé chez nous : le Saint-Vernier 

    Visite de Semur-en-Auxois

    Mais il n'est pas encore l'heure de déjeuner : nous avons la vielle ville à visiter. Ces petits triangles de bronze inclus dans la chaussée vont nous y aider : il n'y a qu'à les suivre...

    Visite de Semur-en-Auxois

    Dans la rue du rempart, la tour lézardée de l'Orle d'or doit son nom aux créneaux (supprimés), jadis revêtus de plomb cuivré ("un ourlet d'or"). La tour était l'entrée principale de la ville au Moyen-Age.

    Remarquez l'élégante margelle du puits.

    Visite de Semur-en-Auxois

    Juste en face se trouve le petit théâtre municipal de la ville. Inauguré en 1847 et détruit par un incendie en 1901, il fut reconstruit à l'identique par la municipalité dans le style "à l'italienne".

    Visite de Semur-en-Auxois

    Visite de Semur-en-Auxois

    Seulement 290 places mais si trognon...

    Visite de Semur-en-Auxois

    La tour de Géhenne date du XIVème siècle.

    Visite de Semur-en-Auxois

    De drôles de sculptures ornent son mur : elles sont l'oeuvre de Sygrid Guilemot, artiste plasticienne qui a intégré son art aux pierres de ce vieux mur...

    Visite de Semur-en-Auxois

    On dirait un masque de la tragédie grecque !

    Visite de Semur-en-Auxois

    Vue sur le pont Joly

    Promenade dans Semur-en-Auxois 

    De l'autre côté de la rue, la vue est encore plus belle : elle donne sur l'Armançon au bord duquel les habitants cultivent leurs jardins,

    Visite de Semur-en-Auxois

    ainsi que sur les toits de la ville.

    Visite de Semur-en-Auxois

    La promenade du rempart offre aussi de très beaux points de vue.

    Visite de Semur-en-Auxois

    Visite de Semur-en-Auxois

    Visite de Semur-en-Auxois

    Visite de Semur-en-Auxois

    Passant ensuite devant l'ancien hôpital des remparts dont le clocher est élégamment orné de fer forgé,

    Visite de Semur-en-Auxois

    nous arrivons en vue de l'Hôtel de Chassey qui date du XVIIIème siècle.

    Visite de Semur-en-Auxois

    On peut admirer la superbe grille en fer forgé ornant son portail.

    Visite de Semur-en-Auxois

    Visite de Semur-en-Auxois

    Le Logis du Roi (restauré en 1602) servit à partir de 1561 d'auditoire de justice.

    Visite de Semur-en-Auxois

    Au fond de la rue Buffon, la Porte Guillier du XIIIème siècle

    Visite de Semur-en-Auxois

    Tiens : encore un joli puits !

    Visite de Semur-en-Auxois

    Sur la façade de la porte on peut voir des fenêtres géminées à linteaux trilobés.

    Visite de Semur-en-Auxois

    Accolée à la porte Guillier, la Porte Sauvigny du début du XVème siècle

    Visite de Semur-en-Auxois

    A l'intérieur de la voûte on peut lire la devise des semurois :

    "Les semurois se plaisent fort en l’accointance des estrangers".

    Visite de Semur-en-Auxois

    Gond de pierre séparant les deux portes

    Visite de Semur-en-Auxois

    Cette statue de Sainte Anne instruisant la Vierge (située sous la voûte) était censée protéger les habitants de la ville de la peste.

    Visite de Semur-en-Auxois

    Visite de Semur-en-Auxois

    Dans la continuité, on trouve la dernière porte appelée "Barbacane". Ce mot signifie piège en arabe. C'est un édifice du XVème siècle qui était redoutable au niveau défensif.

    Visite de Semur-en-Auxois

    On peut voir de chaque côté des bouches à feu.

    Visite de Semur-en-Auxois

    Retour à la case départ : l'Office de Tourisme se situe en effet tout à côté de la Barbacane.

    Visite de Semur-en-Auxois

    Sympa cette visite de la ville sous le soleil !


    votre commentaire