• Quand la Mairie du 6ème invite l'Harmonie de la RATP...

     Aujourd'hui samedi, Jean-Pierre Lecoq, Maire du 6ème arrondissement de Paris a convié ses concitoyens à venir écouter en sa compagnie le concert que donne l'Harmonie de la RATP dans la superbe salle des fêtes. Naturlish, vous l'aurez compris, je me suis de ce pas déclarée "concitoyenne de proximité" : le 6ème et le 13ème ne sont-ils pas presque touche-touche ? Un coup de vélib et le tour est joué ! (sauf que pour trouver un point d'ancrage pour son vélib dans le centre de Paris, c'est vraiment galère...)

    L'Harmonie de la RATP comprend 55 musiciens, tous agents de la RATP (en activité ou retraités), et est dirigée depuis 1996 par Martin Lebel, chef d'orchestre de renom 4 fois lauréat du Conservatoire National de Paris. Tout un programme donc...

     6 - affiche Concert de l'Harmonie de la RATP 025

     Quand j'arrive (un peu en retard, faute à mon vélib...), la salle est pleine à craquer mais j'arrive tout de même discrêtement à me faire une petite place dans les derniers rangs de cette superbe salle.

     6 - La salle de dos

     Bercée par la musique, j'ouvre mes "mirettes" et surtout mon objectif (!)

    pour admirer le plafond.

     6 - Plafond salle des fêtes

     Martin Lebel est toujours aux commandes...

     6 - Martin Lebel dirige

     6 - L'orchestre et le Maire Jean-Pierre Lecoq

     Le public est sous le charme, tout comme moi.

     6 - La salle de face

     Au programme : des valses de Vienne, un pot pourri de Franck Sinatra et un superbe morceau que je ne connaissais pas de l'américain Alfred Reed. 

     Je vous laisse écouter ce morceau intitulé "El Camino Real".

     Hélas, trois fois hélas : Deezer ne le permet plus...

    A l'issue du concert, un buffet a été dressé proposant boissons et petits gâteaux... et dans le couloir qui conduit à la sortie, on peut s'attarder devant une curieuse exposition intitulée "Les amis de Léontine".

     L'artiste Jean-Lin Lartigue y recompose les rues de la capitale de mon enfance, celles d'avant l'apparition des supermarchés. Ses "boîtes à rues" en 3D sont très émouvantes et prouvent qu'il peut encore y avoir des artisans (ou des artistes) heureux.

     6 - L'intérêt des vieilles dames

     Celle-ci s'intitule La manif et les personnages crient : "On veut sortir du cadre !"

    Quelle symbolique...

     6 - La manif

     J'aperçois la Bastille au loin : la scène se passe donc au Faubourg Saint-Antoine. Hélas, ce Paris là est presque révolu... Autrefois, on pouvait encore, dans le faubourg, pénétrer dans les cours et y regarder travailler de véritables orfèvres du travail du bois ; aujourd'hui seules des boutiques clinquantes "ayant pignon sur rue" tentent d'attirer les riches étrangers  (le faubourg reste cher !) et ce qui est trite, c'est qu'elles font recette (avec des produits fabriqués... en Chine, qui sait ?)

     Allez, à bas à la nostalgie : je sors de la Mairie pour aller admirer le travail des tailleurs de pierre qui viennent de terminer la restauration de la tour Nord de l'église Saint-Sulpice. Au final, j'avais tort, il y a encore des gens qui ont du savoir-faire !

     Regardez à gauche (je parle de la tour), regardez à droite (je parle de la tour) : à gauche, c'est mieux, non ? Allez, je plaisante : tout le monde sait que c'est du pareil au même !

     6 - Saint-Sulpice 1

     6 - Saint-Sulpice 2

     Bravo les tailleurs de pierre, bravo Jean-Lin Lartigue, bravo l'Orchestre !

     et merci Monsieur le Maire ! (tiens tiens : j'ai déjà entendu ça quelque part...)


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :