• Promenade du côté de Belleville avec Générations 13

    Ce vendredi après-midi, j'ai fait une balade du côté de Belleville proposée par Générations 13, association de notre arrondissement qui propose aux seniors moults activités gratuites moyennant l'adhésion à l'association. La ballade s'intitulait "Les métallos de Belleville".

     

    Le rendez-vous était donné par Anne-Marie Guérin, notre guide de ces "Petites Promenades dans Paris" au métro Parmentier. Dans la station, un hommage est rendu à celui qui fit la promotion de ce tubercule en France.

     

    Parmentier-distribuant-des-pommes-de-terre.jpg

     

    Introduite en Espagne (aux îles Canaries) dans la deuxième moitié du XVIème siècle, il faudra attendre la fin du XVIIIème siècle pour que la pomme de terre trouve preneur en France, les gens se méfiant de cette plante souterraine... Parmentier use d'un stratagème pour donner envie aux gens de la consommer : il fait monter une garde (légère) autour d'un champ de pommes de terre, donnant ainsi l'impression aux riverains qu'il s'agit d'une culture rare et chère, destinée au seul usage des nobles. Certains volent des tubercules, les cuisinent et les apprécient. Le roi Louis XVI le félicite en ces termes : « La France vous remerciera un jour d'avoir inventé le pain des pauvres ». Leur emploi dans la cuisine populaire se développe alors très rapidement.

     1 - Métro Parmentier

     Voici le circuit approximatif que nous avons fait, parcourant 3 stations de métro au total, à cheval sur les 11ème et le 20ème.

     Plan-de-la-promenade-copie_modifie-1.jpg

    Dans la rue Jean-Pierre Timbaud (au début du circuit) se trouve une ancienne cité ouvrière dénommée "la cité d'Angoulême". Au rez-de-chaussée les ateliers, dans les étages les habitations des ouvriers des fonderies et du travail du cuir.

    Mon amie Marie-France m'accompagnait dans cette visite.

    3 - Cité d'Angoulême Marie-France

     Au bout de la cité, on débouche, dans une cour, sur un bâtiment à l'élégante architecture.

    4 - Cité d'Angoulême

    5 - Cité d'Angoulême

    Nous continuons la ballade par le passage de la fonderie, un vrai hâvre de paix à l'heure actuelle mais qui devait retentir du bruit assourdissant des forges et du passage des clients au XIXème siècle.

    8 - Passage de la Fonderie

     Comme vous pouvez le constater, les habitants ne sont pas avares de végétation.

     9 - Passage de la Fonderie

    Au bout du passage, la cour a été réaménagée avec des logements modernes fort élégants.

    10 - Passage de la Fonderie

     Empruntant la rue Saint-Maur puis la rue Jean-Pierre Timbaud, nous arrivons en pleine prière musulmane du vendredi : la photo que vous voyez est tirée d'internet car je n'ai pas osé la prendre moi-même. Pourtant, c'est bien le spectacle auquel nous avons assisté : des centaines d'hommes se prosternant en pleine rue et repartant leur tapis de prière sous le bras. La Mosquée Omar est toute proche... Et les femmes là-dedans ? Aucune : elles sont à leurs fourneaux sûrement !

     Priere-a-la-Mosquee-Omar-rue-Jean-Pierre-Timbaud.jpg

     Tout à côté, la Maison des métallos : initiallement manufacture mondialement connue fabriquant des instruments de musique en cuivre, puis haut lieu du syndicalisme et actuellement Etablissement Culturel de la Ville de Paris : théâtre, cinéma, conférences, expositions, danse..., la Maison des métallos a surtout le projet d'allier exigences artistiques et préoccupations sociétales.

     20- Maison des métallos

     

    16 - Maison des métallos

     

    19 - Maison des métallos

     A l'étage, un café bien accueillant.

     17 - Maison des métallos

     Au 98 de la rue Jean-Pierre Timbaud se trouve un immeuble de briques rouges tout à fait banal mais si on s'aventure derrière la grille qui en ferme l'entrée on découvre une succession de trois cours possédant des petits ateliers d'artistes bien sympathiques. Ici, le temps semble s'être arêté...

     21 - 98 rue Jean-Pierre Timbaud

     Empruntant alors la rue Moret, on aperçoit les hommes qui rentrent de la prière. Ici les boutiques s'adressent spécifiquement à la population maghrébine.

     Des livres pour les enfants dont le prénom des héros leur parle...

     24 - Rue Moret

     De jolies lampes en cuivre qui rappellent le pays...

     26 - Rue Moret

     Nous arrivons rue Oberkampf alors que la pluie s'est mise à tomber. Les pavés sont mouillés et la grêle s'annonce même !

     Ce porche est bien accueillant !

     31 - Rue Oberkampf

    et en plus il donne accès à une cité d'artisans bien vieillotte...

     28 - Rue Oberkampf

     Non loin de là l'église Notre Dame de la Croix de Ménilmontant s'élève en haut des 54 marches de l'escalier qui en permet l'accès : la rue de Ménilmontant grimpe sec en effet.

     33 - Eglise Notre Dame de la Croix de Ménilmontant

     Si l'extérieur ne m'emballe pas plus que ça, l'intérieur par contre mérite la visite. Son style néo-roman est mis en valeur par la voûte de la nef "armée" d'élégantes ferroneries.

     35 - Eglise Notre Dame de la Croix Ménilmontant

     34 - Eglise Notre Dame de la Croix Ménilmontant

     La pluie ayant cessé, nous continuons notre ballade. Ici le panneau rappelle que c'est des hauteurs de Belleville que viennent les eaux ayant alimenté les premières fontaines parisiennes à partir de la fin du XIXème siècle.

     36 - Place des Sources du Nord

     La passerelle ayant desservi l'ancienne gare de Ménilmontant, aujourd'hui disparue

    Promenade du côté de Belleville avec Générations 13

     Le chemin de fer de la Petit Ceinture servait autrefois de liaison aux voyageurs désirant se rendre d'une gare à l'autre dans Paris. Elle faisait le tour de Paris (32 kms) à l'intérieur des boulevards des Maréchaux et ceci jusqu'en 1934. Désertée par les parisiens qui lui préfèrent ensuite le métro, elle sert alors au trafic des marchandises et est définitivement fermée dans les années 90.

     Pour franchir les côteaux de Belleville et de Charonne, deux tunnels ont été creusés.

     38---Le-chemin-de-fer-de-la-petite-ceinture.jpg

    Après avoir emprunté la rue de la Mare, nous arrivons à la rue des Cascades dont le nom comme celui des Savies indique une fois de plus l'existence de sources à Belleville. Au Moyen-âge, les religieux du Prieuré Saint-Martin des Champs captèrent en effet une partie de cette rivière pour s'alimenter en eau.

     42---Rue-des-cascades-panneau-Ville-de-Paris.jpg

    Par un escalier, nous arrivons à la rue des Pyrénées. Il s'agit, après la rue de Vaugirard, de la seconde plus longue rue de Paris et elle porte ce nom en raison de son aspect escarpé, particulièrement vers les Buttes-Chaumont. Moi, je la connais plutôt dans sa partie basse : c'est là qu'était le Lycée Hélène Boucher et son annexe Maurice Ravel où j'ai usé mes culottes jsuqu'en 68 !

     43---Montee-vers-la-rue-des-Pyrenees.jpg

    Et ici, donnant sur la rue très passagère à cette heure de la journée, encore des petits îlots de verdure.

    44---Rue-des-Pyrenees.jpg

    Ainsi, la Cité Leroy

     45---Cite-Leroy.jpg

     Avouez qu'on ne se croirait pas à Paris...

     48--Cite-Leroy.jpg

     

    49---Cite-rue-des-Pyrenees.jpg

     Donnant sur la rue de Ménilmontant, le Jardin du Carré de Baudoin avec sa "folie". Témoin authentique et unique des maisons de campagne édifiées au XVIIIème siècle pour les aristocrates et les bourgeois enrichis, cette maison fut construite en 1770, pour Nicolas Carré de Baudoin puis apartint à la famille Goncourt. A partir de 1836 les soeurs de Saint-Vincent de Paul y fondèrent dans le bâtiment adjacent un orphelinat "L'asile des petits orphelins". Racheté par la Ville de Paris, c'est aujourd'hui un espace culturel.

     53---Le-jardin-du-Carre-de-Baudoin-et-sa-folie.jpg

    Marie-France devant la Cité de l'Ermitage

     54--Cite-de-l-Ermitage.jpg

     Si vous avez le vertige, passez vite sur la photo qui suit : elle a été prise depuis le haut de la rue de Ménilmontant. Au loin, la tour Saint-Jacques et le Centre Pompidou.

     55---Vue-sur-Beaubourg-depuis-la-rue-de-Menilmontant.jpg

     Aux 19-21 de la rue Boyer, on trouve un bâtiment riche d'une histoire ancienne qui l'ancre dans la mémoire ouvrière. Il s'agit de "la Bellevilloise".

     56 - La Bellevilloise

     Wikipédia explique...

    En 1877, les ouvriers bellevillois fondent un petit dépôt d'épicerie au 10 de la rue Chevreau ouvert deux soirs par semaine. Il devient bientôt une coopérative ouvrière et celle-ci fonctionne jusqu'en 1936 (elle ferme avec la chûte de la BOP : Banque Ouvrière et Paysanne). La coopérative propose à ses adhérents des produits de consommation courante (pain, viande, charcuterie, épicerie, charbon, ameublement, habillement) à prix réduit ; les achats en grosses quantités auprès des producteurs, souvent des coopératives ouvrières de production, et la limitation des marges lui permettent de toucher une large clientèle, qu’elle associe aux bénéfices de l’entreprise : en 1912, elle compte 9 000 sociétaires, réalise 5 MF de chiffre d’affaires annuel et dispose de plusieurs dizaines de magasins de vente, ou « répartitions », dans les 19ème et 20ème arrondissements ; en 1929, elle compte 15 000 sociétaires.

     À partir de 1900, sa prospérité commerciale lui permet de financer diverses œuvres sociales très actives. Elle ajoute alors à sa vocation consumériste une mission éducatrice et sociale qui repose sur

    1- Le patronnage laïque : il a pour mission « de soustraire les enfants, garçons et filles, aux mauvaises fréquentations de la rue, en leur créant un centre d’éducation et de distraction les dimanche, et en leur permettant de suivre divers cours existants »,

     2 - l'Université populaire de la Semaille : celle-ci met à la disposition des coopérateurs une bibliothèque particulièrement riche et éclectique, donne des conférences gratuites et des cours, organise des sorties, anime un club scientifique ouvrier… À partir de 1930, elle propose un cinéma d'art et d'essai, le Cinéma de la Bellevilloise.

     3- La musique et le théâtre : le goût pour la pratique musicale est alors très répandu dans les milieux populaires et la Bellevilloise subventionne plusieurs groupes musicaux amateurs.


    En juillet 1905, la Bellevilloise crée une société de secours mutuels, la Solidarité mutuelle des coopérateurs de la Bellevilloise, exclusivement réservée à ses adhérents. Celle-ci gère d’abord une pharmacie, puis, à partir de 1913, un puis plusieurs dispensaires.


    La "forteresse coopérative", comme on l’a appelée, a été aussi un instrument desocialisation politique, participant activement à la lutte des classes. Servant de soutien logistique, elle ouvrait largement ses salles aux manifestations des organisations ouvrières de diverses obédiences, puis, à partir des années 1920, principalement communistes : permanences, réunions internes, fêtes, meetings, congrès. La façade comporte d'ailleurs sur son fronton la faucille et le marteau...

     
    La_Bellevilloise.jpg


    En 1908-1910, la Bellevilloise édifie sa "Maison du Peuple", aux N°s 19-21 de la rue Boyer, confiée à l’architecte Emmanuel Chaine, dans l’esprit de la Maison du Peuple de Horta, à Bruxelles. Il s'agit d'un vaste ensemble en béton armé et remplissage de briques avec ornementation de mosaïques et de céramique émaillée qui abrite un grand magasin de vente au public, bureaux, café, salles de répétition, salle des fêtes de 500 m²...

    Pendant près de soixante ans, la Bellevilloise a joué un rôle déterminant dans la vie économique et sociale de l’Est parisien. Actuellement, c'est un lieu de culture multidisciplinaire : concerts, spectacles, expos, défilés mais aussi café : La Bellevilloise reste un lieu de brassage, de rencontres et d'échanges qui s'ouvre à tout public.

     C'est là que se termine notre ballade. Le métro Gambetta n'est pas très loin.

     Mine de rien, on en a fait du chemin...


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :