• Paula Modersohn Becker au musée et au cinéma

    L'été dernier je suis allée voir une exposition au Musée d'Art moderne intitulée "L'intensité d'un regard". Elle présentait les tableaux de la première femme artiste-peintre à avoir un Musée qui lui soit consacré : Paula Modersohn-Becker.

    C'est une artiste (allemande) surprenante : on n'a pas l'habitude de voir des tableaux aussi forts et surtout sans aucune complaisance. Au début c'est vrai, on est un peu désorienté puis on aime son originalité et ses coups de pinceaux vigoureux.

    Paula au cinéma (et au musée)

    Beaucoup de portraits de gens du cru, d'enfants, de maternité, d'autoportraits, de paysages et de natures mortes.

    Vieille paysanne (1905)

    Après une formation à Berlin, Paula Modersohn-Becker rejoint la communauté artistique de Worpswede, dans le nord de l’Allemagne : c'est une région très pauvre où elle commence à peindre ce qu'elle ressent.

    Paula au cinéma (et au musée)

    Vieille paysanne

    On lit beaucoup de choses dans le regard de cette femme : c'est l'une des caractéristiques de Paula Modersohn Becker et le sous-titre de l'exposition "L'intensité d'un regard" le souligne.

    Paula au cinéma (et au musée)

    Elsbeth (la fille d'Otto Modersohn) dans le jardin (1902)

    Paula Modersohn Becker au Musée d'Art Moderne et "Paula" au cinéma

    Jeune fille nue assise avec des vases de fleurs (1906)

    Une petite influence de Gauguin, non ?

    Paula au cinéma (et au musée)

    Petite fille blonde assise avec un chat dans les bras (1905)

    Paula au cinéma (et au musée)

    Autoportrait à la branche de camélia (1906-1907)

    Paula au cinéma (et au musée)

    Autoportrait à son sixième anniversaire de mariage (1906)

    Paula n'est pas encore enceinte mais elle rêve de l'être : elle ne le sera qu'en 1907.

    Paula au cinéma (et au musée)

    Mère nue en buste avec son enfant sur le bras (1906)

    Paula au cinéma (et au musée)

    Mère allaitant (1903)

    Paula au cinéma (et au musée)

    Le landau

    Paula au cinéma (et au musée)

    Enfant endormi (1904)

    Paula au cinéma (et au musée)

    Nature morte au miroir vénitien (1903)

    Paula au cinéma (et au musée)

    Nature morte au potiron (1905)

    Je vais essayer de reproduire ce tableau aux pastels... mais c'est pas gagné. Beaucoup de travail en perspective !

    Paula au cinéma (et au musée)

    Voici le dernier tableau peint par l'artiste.

    Nature morte avec tournesol (1907)

    Paula Modersohn Becker au musée et au cinéma

    Un film vient de lui être consacré qui retrace les dernières années d'une vie trop courte puisqu'elle décède à 31 ans suite à un premier accouchement.

    ◄►◄►◄►◄►

    1900 : tandis que Camille Claudel en bave des ronds de chapeau en France, au nord de l'Allemagne, Paula Becker vient juste d’avoir vingt-quatre ans. C'est une grande fille pleine de vitalité, de désirs, d'humour. Elle n'en a toujours fait qu'à sa tête et son coup de pinceau s'affirme loin des codes que son milieu essaie de lui imposer.

    Sa peinture est comme elle : forte, pleine de matière, originale, libre. À contre-courant de ce que ses prétendus maîtres lui enseignent, elle peint à grandes touches ce qu'elle ressent, au gré des rencontres, les gens du peuple, les paysages… refusant de se laisser dicter sa place, son inspiration, son style.

    Quand elle épouse Otto Modersohn, un homme veuf avec une petite fille (Elsbeth que Paula a peinte), celui-ci est déjà reconnu (il est également peintre) et a du succès. Cependant, malgré la forte complicité qui règne entre eux, malgré tout l'amour et l'admiration qu'il lui voue, Paula se rend vite compte qu'elle ne pourra s'affirmer pleinement qu'en prenant le large. Elle va donc partir pour Paris, où la ville pullule d'artistes dont les rencontres sont stimulantes : Rilke (qui deviendra un grand ami de l'artiste), Gauguin, Cézanne, les Nabis, plein d'autres…

    ◄►◄►◄►◄►

    Pour parler de cette femme hors norme, il était exclu de se montrer académique et figé ; Christian Schwochow a choisi une comédienne à la personnalité singulière, à la présence forte : Carla Juri.

    La voici interprétant Paula en compagnie de son futur mari, Otto Modersohn, dans la communauté artistique de Worpswede, dans le nord de l'Allemagne.

    Paula Modersohn Becker au Musée d'Art Moderne et "Paula" au cinéma

    Paula présente à Rilke son portrait qui n'enchante pas le poète...

    Paula Modersohn Becker au Musée d'Art Moderne et "Paula" au cinéma

    Paula rit fort, marche à grand pas, elle est robuste, ne cherche pas à minauder ou à plaire. A une époque où on demandait avant tout aux femmes d'être charmantes, décoratives, discrètes, elle vit à fond, ne cède sur rien, se moque des conventions. Elle est une femme libre et au-delà d'un portrait d'artiste qui mérite d'être connue pour son œuvre, le film raconte qu'il est possible de se vivre femme autrement, quelles que soient les circonstances, l'époque, la pression culturelle et sociale…

    J'ai adoré ce film.

    Il y a aussi un livre que Marie Darieussecq lui a consacré, Etre ici est une splendeur (vie de Paula M. Becker), qui lui est consacré.

    Je viens de me le faire prêter par ma voisine pour nos vacances à Courcelles...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :