• Notre chorale en concert à la Crypte de Sainte-Anne

    En ce mardi de la fin juin, ma chorale se produisait en concert à la Crypte de l'église Sainte-Anne, voisine de chez nous.

    Anne, notre chef de chœur, avait concocté un programme assez hétéroclite allant des chants traditionnels français, anglais, irlandais et américains aux chants révolutionnaires sud-africains en passant par les nocturnes de Mozart...

    Autant dire que dans cette chorale, on ne s'ennuie jamais !

    Ma chorale en concert à la crypte de Sainte-Anne (juin 2015)

    Pour commencer "Scarborough Fair", une ballade traditionnelle anglaise très populaire aux 18 et 19ème siècles et reprise au 20ème par Simon et Garfunkel: nous n'en chanterons pas les paroles malheureusement mais vous verrez que c'est tout de même très joli...

    Ce sera peut-être pour une autre année...

    Nous avons ensuite chanté "Bread and Roses" : il s'agit d'un poème écrit par James Oppenheim dédié aux femmes de l'industrie textile manifestant au tout début du 20ème siècle aux Etats-Unis contre la pauvreté. Du pain et des roses, c'est le message qu'elles faisaient passer : le pain symbolisait les conditions de travail et de vie minimales que réclame une bonne santé, les roses représentaient la qualité de vie...

    En 1995, les femmes du Québec marchent contre la pauvreté et reprennent le slogan.

    Pendant que nous marchons, marchons dans la beauté du jour 
    Un million de cuisines sombres, un millier de greniers mornes 
    Sont touchés par des rayons de soleil radieux et soudains 
    Alors qu'on nous entend chanter, du pain et des roses, du pain et des roses !

    Pendant que nous marchons, marchons, nous luttons aussi pour les hommes 
    Car ils sont les frères des femmes et nous marcherons de nouveau avec eux
    Nos vies ne seront pas passées à suer de la naissance à la mort 
    Le cœur a faim tout comme le corps, Donnez-nous pain, mais aussi des roses.

    Pendant que nous marchons, marchons, d'innombrables femmes mortes 
    Pleurent pendant que nous chantons, notre cri pour du pain 
    L'art, l'amour et la beauté que leurs âmes de servantes renfermaient 
    Oui, nous luttons pour du pain, mais nous luttons pour des roses aussi.

    Pendant que nous marchons, marchons, nous nous tenons bien droit 
    La montée des femmes est notre montée à tous 
    Finies les corvées et enfin on se repose 
    On partage les gloires de la vie du pain et des roses, du pain et des roses.

    La ballade nord-irlandaise : ça vous dit quelque chose ?

    Eh oui, c'est Renaud qui l'a composée en 1991 en s'inspirant d'une chanson traditionnelle "The water is wide". Il avait été frappé lors d'une première tournée en Irlande en 1985 par la beauté des paysages du Connemara. Sa chanson est un hymne à la paix alors que la guerre civile entre irlandais du Nord (protestants) et irlandais du Sud (catholiques) fait rage...

    J'ai voulu planter un oranger
    Là où la chanson n'en verra jamais 
    Là où les arbres n'ont jamais donné 
    Que des grenades dégoupillées...

    Un chant révolutionnaire maintenant avec "Asimbonanga", une chanson de Johnny Clegg créée en 1987. Le titre de la chanson ainsi que le refrain sont en zoulou alors que les couplets sont en anglais, acte particulièrement provocateur au temps de l'Apartheid, surtout de la part d'un groupe multiracial composé de blancs et de noirs. Le titre "Nous ne l'avons pas vu" fait référence au fait que personne ne sait à quoi ressemble Nelson Mandela, puisque c'est bien de lui qu'il s'agit, les photos de lui étant illégales.

    Nous ne l'avons pas vu

    Nous n'avons pas vu Mandela

    A l'endroit où il est

    A l'endroit où il est maintenu...

    Michel Polnareff aussi à notre programme avec "Le bal des Laze". La chanson fait partie du deuxième album de Polnareff sorti en 1968.

    Une chanson sombre écrite par Pierre Delanoé qui raconte l'histoire d'un roturier amoureux d'une aristocrate anglaise, Jane de Laze, avec laquelle il aurait eu une liaison secrète. Jane doit épouser un jeune homme de son rang, union arrangée par ses parents, Lord et Lady de Laze. Ivre de jalousie, le narrateur assassine le fiancé de la jeune fille et, à la veille d'être châtié pour son crime, exprime son regret de ne pouvoir supprimer le prochain fiancé de Jane...

     

    Notre Soprano professionnelle, Laurence, a ensuite interprèté "Hello Dolly" de la comédie musicale créée par Gen Kelly en 1969, accompagnée par Claude au saxo et Gabriel au  piano.

    Pour terminer, un canon que nous avions déjà chanté une année précédente "Singing all together".

    Vive la musique !


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 4 Mars 2016 à 06:23

    très sympa, joli les "canons" sur la 3ème

    sur la 4 délire comme version doit être dur à chanter dommage qu'il n'y est pas quelques tam tam quand même :D

    coté soprano cool! bonne continuation!

    salutation!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :