• "Noces" de Stephan Streker en avant-première au CWB

    Hier je suis allée voir un film

    Hier je suis allée en compagnie d'Arlette voir un film en avant-première au Centre Wallonie-Bruxelles dans le quartier de Beaubourg. Son metteur en scène, Stephan Streker, retenu à Bruxelles avait dépêché la représentante de Jour2fête, son distributeur en France, ainsi que le producteur du film, Mickaël Goldberg, pour le représenter. Sébastien Houbani, le principal acteur masculin était venu lui aussi parler de son rôle dans le film.

    Le film, Noces, sélectionné en compétition au 9ème Festival du film francophone d'Angoulême, lui a valu une récompense prestigieuse : le "Valois du meilleur acteur". Pour ce film ou il interprète un jeune pakistanais, l'acteur a appris la langue Ourdou, langue officielle du Pakistan : dans ces familles immigrées bilingues, les conversations se font souvent en changeant de langue d'une phrase à l'autre, la langue d'origine étant, d'après moi, utilisée plutôt dans un contexte émotionnel intense.

    Hollywood a ses Oscars, Paris a ses César, Angoulême, elle, a ses Valois. Représentant des pellicules de film en laiton doré à l'or fin, ils sont l'oeuvre de Sophie Reulet, artiste peintre.

    L'action se passe en Belgique au sein d'une famille pakistanaise aimante et bien intégrée : le père est épicier et fait ainsi vivre sa famille composée de sa femme et de leurs quatre enfants.

    C'est un acteur iranien (Babak Karimi) qui tient le rôle.

    Zahira, leur deuxième fille, est enceinte d'un jeune pakistanais. Si l'annonce de sa grossesse choque sa famille et en particulier sa mère, le problème semble pouvoir être résolu grâce aux moyens modernes dont l'Europe dispose.

    Confrontation entre Zahira et sa mère (jouée par Neena Kulkarni, une actrice indienne)

    La plus grande difficulté est ailleurs : leur fille leur annonce qu'elle refuse d'épouser l'un des trois jeunes pakistanais qu'ils ont choisi pour elle, selon la tradition musulmane de ce pays, ce qui sauverait les apparences.

    Le frère de Zahira, Amir, lui est très attaché, c'est un peu son confident... Cependant, même s'il la comprend, il tente de convaincre la jeune-fille d'accepter ce mariage pour ne pas que leurs parents soient déshonorés.

    Mais Zahira résiste !

    Même si la jeune fille aime ses parents et sa famille, elle ne veut pas épouser un autre homme que celui dont elle tombera amoureuse.

    Un drame très émouvant et brillamment interprété par Sébastien Houbani et Lina El Arabi qui a reçu un "Valois de la meilleure actrice" pour son interprétation dans le film.

    Le film, librement inspiré de faits divers réels, sortira en salles le 22 février prochain.

    Je vous le conseille vivement.

    PS : Ce film m'a fait penser à un autre film, allemand celui-là "L'étrangère" que j'avais vu il y a quelques temps et dont le synopsis était le suivant (Jean-Luc Douin - Le Monde).

    Umay, l'héroïne de L'Etrangère, quitte un mari violent, fuit Istanbul avec son gamin et vient rejoindre sa famille à Berlin. L'accueil n'y est pas ce qu'elle espérait. Père autoritaire, mère confite dans les traditions, frère violent, sœur inquiète de voir son propre mariage compromis par son comportement : tous la sermonnent, l'adjurent de retourner dans son foyer conjugal, la répudient, la traitent de putain, tentent de kidnapper son fils afin de le ramener à son père… Umay doit fuir à nouveau, persécutée par des proches qui craignent les commérages et le déshonneur.

    J'avais également beaucoup apprécié ce film, également tiré d'un triste fait divers.

     


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :