•  Hier soir, je suis à nouveau allée applaudir Gabriel Vallejo et son quartet au 59 Rivoli dans le cadre du festival "Jazz pas grave" qui a réuni pendant 3 jours des musiciens de renom dans ce lieu de la culture underground. En attendant le début du concert, nous sommes allées faire un tour dans les ateliers. Le site "On va sortir" parle avec justesse de 6 étages de folie anarchique où les artistes contemporains s'expriment 6 jours sur 7.

     Je leur ai emprunté une photo...

     6-etages-de-folie-anarchique.jpg

    Cette fois-ci, c'est un ami  saxophoniste qui était à l'honneur : Il s'agit de Pierre-Marie Bonafos (il avait accompagné notre chorale pour notre concert de fin d'année l'an dernier).

     Pierre-Marie Bonafos au saxophone (et à la clarinette basse)

    et Guillermo Venturino à la batterie.

     GV - Pierre Marie Bonafos au saxo

     Flavio Perella à la contrebasse

     GV - Flavio Perella à la contrebasse

     et naturellement Gabriel au piano.

     GV - Gabriel au piano 2

    GV - Le GV Quartet

     On s'écoute une petite milonga ?

     Au fait, j'ai croisé au concert Marie-Claire, Elisabeth et Deborah, mes collègues de chorale prévenues par un petit email d'Anne, ma chef de choeur préférée.

     Bientôt toute la chorale viendra écouter Gabriel je pense !


    votre commentaire
  •  J'ai découvert grâce à Gabriel Vallejo, le pianiste qui accompagne notre chorale et qui y donnait un concert hier soir, le 59 Rivoli : à l'origine, ce sont des artistes qui ont squatté l'immeuble, en quête d'un local pour créer. Légalisé depuis, il accueille actuellement une trentaine d'artistes internationaux (20 artistes permanents et 10 artistes qui y font des séjours de 3 à 6 mois) travaillant dans la peinture, le dessin, la sculpture, la photographie, le film/vidéo, le collage, la performance, la mode etc etc...

     Comme son nom l'indique, il se situe rue de Rivoli, au numéro 59 (et non au 54 comme je croyais, étourderie qui a bien failli nous faire manquer ce concert... et c'eût été dommage !).

     La façade annonce déjà la couleur : ici, on est dans le domaine de la création.

     Ici, la façade du temps du squat

     59-Rivoli---facade-de-l-immeuble.jpg

     Ici, l'affichette montrant la façade actuelle.

     59 Rivoli - Affiche 1

     L'escalier a été relooké par les artistes.

     59-Rivoli---escalier-2.jpg

     Tout ça, c'est bien joli mais je ne suis pas venue ici pour cela ! J'y suis venue avec Anne Barbé, ma chef de choeur préférée, pour écouter  Gabriel et son quartet dans un programme de sa composition (du jazz argentin contemporain).

     A notre arrivée, 20 minutes avant le début du concert, plus un place dans la salle. Nous avons dû nous installer sur les marches d'un escalier ! Le programmateur événementiel du 59 Rivoli présente le groupe : Gabriel Vallejo au piano, Flavio Perella à la contrebasse, Jean-Batiste Henry au bandonéon et Guillermo Venturino à la percussion.

     59 Rivoli - Présentation du groupe

     Gabriel joue au piano les morceaux de sa composition.

     59 Rivoli - Gabriel 3

     Une contrebasse fort originale au look résolument moderne

    (vous avez vu ? Elle n'a pas de caisse !)

     59 Rivoli - Le contrebassiste et le bandonéoniste

    Quant au percussioniste, comme pour les autres musiciens dont je suis allée regarder le parcours sur internet, j'ai eu la surprise d'apprendre qu'il a plus d'une corde à son arc puisque, en plus d'être un excellent musicien, il est aussi peintre. Il a d'ailleurs fait la pochette du disque de Gabriel que nous écoutons régulièrement à la maison...

    Allez, un peu de pub pour le 59 Rivoli : il est ouvert tous les jours sauf le lundi de 13h à 20h. Chaque samedi et dimanche à 18 heures il y a un concert en entrée libre : il suffit juste de mettre son aubole dans le chapeau à la sortie...

     59 Rivoli - Affiche 2

     C'était : les bons plans de Paris, ma capitale préférée !


    votre commentaire
  •  Ce samedi, nous sommes allés écouter un opéra dans sa version de concert à la Salle Gaveau "Il Trovatore" de Verdi. C'est en effet la première oeuvre de la saison choisie par Martin Lebel, le chef d'orchestre de l'Orchestre philarmonique de la RATP auquel nous sommes fidèles depuis l'an dernier .

    Bon, pour le prochain concert, il va falloir que je demande à Jean-Michel Roquefort, le Président de l'Orchestre philarmonique, qui m'a déjà si gentiment téléphoné l'an dernier à plusieurs reprises pour me fournir tous les renseignements nécessaires au versement de notre cotisation personnelle pour l'année 2010 et les billets pour le spectacle au Casino de Paris, de veiller à nous accorder de meilleures places que celles-ci, placées juste derrière le caméraman qui enregistrait le spectacle... Vous savez que je plaisante bien sûr mais tout de même, pour que Philippe puisse enfin déplier un peu ses gambettes coincées pendant les deux premiers actes entre son siège et le dossier d'un spectateur particulièrement remuant... il a fallu que nous descendions nous installer après l'entr'acte dans les fauteuils d'orchestre laissés libres pendant les deux premiers actes et que mon oeil de lynx avait tout de suite repérés.

    Le trouvère - La salle Gaveau

     Martin Lebel, c'est lui et il porte bien son nom. De surcroît, il est extrêmement sympathique, ce qui ne gâche rien : on a toujours plaisir à le voir diriger cet orchestre composé de musiciens amateurs faisant partie des différents secteurs de la Régie.

     Il dirige l'Orchestre depuis 1996 et s'impose une mission éducative en assortissant d'un commentaire l'exécution de chaque oeuvre. C'est ainsi que pour chacun des 4 actes de cette représentation purement orchestrale et donc sans sous-titres, il a fait un rapide résumé de l'intrigue, fort complexe par ailleurs, toujours avec la pointe d'humour qui le caractérise, permettant à un public pas forcément ultra connaisseur de cette forme d'art lyrique d'en apprécier l'écoute.

    Le Trouvère - Martin Lebel

    Le prologue de l'opéra peur se résumer ainsi. L'action se déroule en Aragon.

    Avant le lever du rideau, Ferrando, capitaine de la garde, narre au spectateur le contexte dans lequel l'opéra va se dérouler : le père du comte de Luna a eu deux fils d'un âge proche. Une nuit, on découvrit une gitane près du berceau du plus jeune des deux frères. On la chassa, mais l'enfant tomba malade peu après et on pensa qu'elle lui avait jeté un sort. Elle fut retrouvée et condamnée au bûcher.

    La fille de la gitane, Azucena, décidée à venger sa mère, s'introduisit dans le château et s'empara du jeune enfant dans l'intention de le jeter lui aussi au bûcher. Mais elle fut prise d'un accès de folie et jeta au bûcher son propre enfant à la place de l'héritier. Elle éleva alors l'enfant du comte de Luna comme son propre fils. Il prit le nom de Manrico.

    Au début de l'opéra, Manrico est devenu adulte et trouvère (troubadour), et Azucena est toujours décidée à exercer sa vengeance contre le comte de Luna à travers Manrico.

     

    Je ne vous raconterai pas les 4 actes de cet opéra : sachez seulement que Léonora est amoureuse du Trouvère, Manrico, et réciproquement mais que le comte de Luna l'aime également...

    Comme Martin Lebel nous l'a lui-même dit en plaisantant :

    "de toutes façons dans les opéras, il y a forcément une tragédie : le ténor et la soprano sont toujours fous amoureux l'un de l'autre et le baryton est un concurrent gênant, ce qui fait que l'issue du drame est toujours sanglante !"

     L'Orchestre philarmonique de la RATP s'était adjoint pour la représentation la participation de plusieurs grands solistes. J'avoue que la Soprano Catherine Manandaza dans le rôle de Léonora m'a époustoufflée et le reste de l'auditoire aussi par sa puissance et l'amplitude de sa tessiture ainsi que par la sensibilité avec laquelle elle interprète sa partition. La voilà ici dans l'un de ses solos lors de la représentation

     Le trouvère - Catherine Manandaza

     Ici avec le ténor, Georges Wanis, jouant le rôle de Manrico, le Trouvère

     Pour écouter des extraits audio du répertoire de Catherine Manandaza, cliquez ICI.

     Le trouvère - Georges Wanis etCatherine Manandaza

     Voici une photo de Georges Wanis issue de son site dans lequel on peut apprendre qu'il est né au Caire en 1971 de père égyptien et de mère italienne. Il y a entamé ses études de chant lyrique et est ensuite venu en France pour intégrer le Conservatoire de Musique de Paris où il obtiendra son diplôme de concertiste. Pour l'écouter dans l'une des oeuvres qu'il a interprétées, cliquez ICI. Une très belle voix également.

     Le trouvère - Georges Wanis

    Mais qui jouait le rôle du comte de Luna me direz-vous ?

    Il s'agit du baryton Christian Le Moal

    Tiens tiens "Le Moal" ça me dit quelque chose... A n'en pas douter il s'agit d'un proche de Malika Bellaribi-Le Moal, la mezzo soprano jouant le rôle d'Azucena la gitane... Pourquoi pas son mari ? (même si j'ai lu sur mon ami internet que celui-ci était psychothérapeute. Après tout, on peut être psychothérapeute et néanmoins baryton !)

    Celle-ci a droit à un encart spécial dans le programme vendu à l'entrée de la salle (pour seulement 5 euros si l'on est membre honoraire comme nous) et pour cause : elle est à l'origine de la création de ce spectacle en collaboration avec l'Orchestre philarmonique de la RATP, lui-même désireux de monter un opéra. Malika Bellabiribi souhaite, en dehors de la scène, mettre le Chant Lyrique à la portée de tous et met ainsi en place des ateliers pédagogiques dans les quartiers défavorisés du nord du département des Hauts de Seine. Les choeurs du Trouvère sont donc composés de chanteurs des ateliers de chant lyrique du Centre Social et Culturel des Fossés Jean de Colombes.

     Malika Bellaribi-Le Moal : un parcours atypique...

     Née en 1956 dans un bidonville de Nanterre, où ses parents, arrivés d’Algérie, se sont installés, elle est gravement accidentée toute petite lors d'un accident de voiture. Elle sera confiée par son père, pendant une longue période de convalescence, aux religieuses de Saint Vincent de Paul qui l’initient à la musique et lui transmettent leur foi. Elevée dans la culture musulmane, Malika devient catholique. Aujourd’hui, elle revendique à la fois l’algérianité de son origine et l’appartenance à la culture chrétienne.

     N’ayant pas au départ envisagé de carrière artistique, elle commence sa vie professionnelle par la direction d’un service de comptabilité en entreprise. Mais bercée depuis l’enfance par les plus belles voix de l’Orient et de l’Occident, elle engage sa carrière en 1982, en s’inscrivant, par désir d’épanouissement personnel, au Conservatoire international de musique de Paris. Encouragée par ses professeurs elle entre, en 1986, à l’Ecole Normale de musique de Paris Alfred Cortot d’où elle sort en 1993 avec un diplôme supérieur de chant.

     Malika Bellabiribi, une battante et une très belle voix !

     Le-trouvere---Malika-Bellaribi-Le-Moal.jpg

    Un très beau spectacle comme tous ceux que Martin Lebel nous concocte.

    Vous l'aurez compris : je suis fan de Martin Lebel !

     Pianiste et violoncelliste, celui-ci a été quatre fois primé au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris : en fugue, en contrepoint, en orchestration et en direction d'orchestre. Depuis 2001 , il est régulièrement invité au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris à donner des Master-Class pour les élèves en classe de direction d'orchestre etc etc... 

     Si mon petit post vous en donne l'envie, vous pouvez essayer de réserver des places pour le concert (version scénique) qui aura lieu à l'Unesco le mardi 20 décembre prochain : je pense que vous ne serez pas déçus. En plus, c'est donné : 12 euros seulement... Je me demande bien si je ne vais pas en réserver moi-même quelques unes s'il en est encore temps !


    votre commentaire
  •  Ce dimanche, c'était la clôture du Festival de Jazz qui se tient tous les étés au Parc Floral de Paris qui, comme son nom ne l'indique pas... est situé à Vincennes près du bois.

     Concert Parc floral Affiche-copie-1

      D'un coup de voiture, nous y sommes : reste à se garer et là, c'est une autre paire de manches car on dirait bien que tout Paris s'est donné rendez-vous ici pour profiter des rares rayons de soleil que nous octroie cet été pourri...

    Le Festival se tient dans l'Espace Delta constitué d'une salle à ciel ouvert.

     Concert-Parc-floral-Halle-aux-concerts-copie-1.jpg

    Plus sérieux qu'André : le Pape peut-être ?...

     Concert-Parc-floral-Andre-Evelyne-et-Philippe.jpg

    La salle, vide à notre arrivée, ne tarde pas à se remplir de mélomanes avertis dont certains ont sûrement suivi tout le festival : 5 euros l'entrée du parc en période de concerts, ce serait dommage de s'en priver ! (et le Festival dure plus d'un mois...)

    Je vous l'ai bien dit que Paris c'est extra !

     Concert-Parc-floral-la-halle-copie-1.JPG

     Au programme de l'après-midi, un concert du quatuor à cordes Jean-Philippe Viret que nous découvrons avec bonheur. En plus de Jean-Philippe Viret à la contrebasse, il y a aussi Eric-Maria Couturier au violoncelle, Sébastien Surel au violon et David Gaillard à l'alto. Tous sont des musiciens confirmés qui jouent en France et à l'étranger dans les plus grandes formations : Jean-Philippe Viret a joué dans l'orchestre de Stéphane Grapelli pendant 8 ans et se consacre maintenant au trio qu'il a formé, Eric-Maria Couturier est soliste à l'Ensemble intercontemporain sous la direction de Pierre Boulez, Sébastien Surel, après avoir joué dans l'Orchestre Philarmonique de Radio France privilégie maintenant une carrière dans la musique de chambre et David Gaillard lui est premier alto solo à l'Orchestre de Paris.

     De gauche à droite : David Gaillard, Jean-Philippe Viret et Eric-Maria Couturier

     Concert Parc Floral David Gaillard, Jean-Philippe Viret et

     Sébastien Surel au violon : un virtuose de l'archet

     Concert Parc floral Sébastien Surel

     Au programme (composé par Jean-Philippe Viret) :

     Justice ; Esthétique ou Pathétique ? ; Le rêve usurpé ; Un arrangement d'une partition de François Couperin (Les barricades mystérieuses) par Jean-Philippe Viret ; Coalescence ; Un morceau en hommage a peintre espagnol Pierre Daura.

     J'ai adoré la variété et la couleur des compositions ainsi que la large utilisation des divers instruments (archets, coups sur la caisse, pizzicato).

     

    Le temps passe vite en si bonne compagnie : un rapide tour dans le parc, le temps d'apercevoir les plantes méditerranéennes.

     Concert Parc floral Serres tropicales

     et le jardin aux papillons avec des bestioles bien curieuses...

    Un phasme

    Concert Parc floral Un phasme

     Une grande tortue

    Eh non je ne déraille pas, il s'agit bien du nom de ce papillon !

     Concert Parc floral La grande tortue

     Cet autre, c'est le tabac d'Espagne.

     Concert Parc floral Le tabac d'Espagne


    votre commentaire
  • Ce vendredi, nous n'étions pas moins de 7 choristes à aller écouter le "Duo Gabriel Vallejo Pierre-Marie Bonafos" à la Maison de l'Amérique latine dans le Faubourg Saint-Germain. Un très beau lieu que je me propose de visiter plus en détail une autre fois. En fait, il s'agit bien sûr dans ce quartier d'un Hôtel particulier... (en fait, deux hôtels réunis : l'Hôtel de Varengeville et l'Hôtel Amelot de Gournay, tous deux construits au début du  XVIIIème siècle). Une exposition s'y tient en ce moment dans la cour ovale, celle du sculpteur mexicain Juan Soriano.

     Concert Gabriel et Pierre-Marie Maison de l'Améri-copie-1

     Mais revenons à notre objectif.

       C'est dans l'auditorium que se tient le concert.

     Auditorium.JPG

     Je vous invite à suivre ce lien pour faire la connaissance des deux musiciens.

     Gabriel Vallejo au piano et Pierre-Marie Bonafos à la clarinette

     Concert Gabriel et Pierre-MarieLes 2 musiciens

     Gabriel à la guitare à 12 cordes

      Concert Gabriel et Pierre-Marie Gabriel à la guitare

     Pierre-Marie au saxophone soprano

     Concert Gabriel et Pierre-Marie PM à la clarinette basse

     Allez, vous êtes partants pour un petit tango ?

     Ca tombe bien j'en ai juste un sous la main...

     Eh oui, il en manque un bout...

     Si vous voulez écouter la fin, il faudra acheter le disque !

     Ce que je vous conseille.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique