• L'exposition Frédéric Bazille au Musée d'Orsay

    La semaine dernière je suis allée en compagnie d'une amie visiter l'exposition Frédéric Bazille au MO, comme on dit quand on est snob !

    C'est un peintre que je connaissais un peu mais que je ne savais pas classer. En fait, l'exposition s'appelait "La jeunesse de l'impressionnisme" : voilà maintenant chose faite.

    Il y avait une queue pas possible car c'était le dernier jour de l'exposition mais, heureusement, j'avais des billets coupe-file, ce qui nous a permis de passer devant presque tout le monde...

    L'exposition Frédéric Bazille au Musée d'Orsay

    L'exposition Frédéric Bazille au Musée d'Orsay

    Frédéric Bazille est né à Montpellier en 1841 et est décédé au combat à Beaune-la-Rolande en 1870 (il s'engage à cette époque contre la volonté de sa famille pour lutter contre l'occupant) : il ne lui a fallu que 28 ans pour devenir un peintre célèbre.

    Il a d'ailleurs souvent été un sujet pour les peintres, les sculpteurs, ou même les photographes.

    Le voici photographié par Etienne Carjat en 1865 dans une pose académique.

    L'exposition Frédéric Bazille au Musée d'Orsay

    Et voici le médaillon sculpté par Philippe Solari en 1868

    L'exposition Frédéric Bazille au Musée d'Orsay

    Ici, il est immortalisé par Pierre Auguste Renoir en 1867-1868.

    L'exposition Frédéric Bazille au Musée d'Orsay

    Et voici le buste qu'en a fait Auguste Baussan en 1883. Il s'agit d'un modèle pour le monument funéraire de l'artiste au cimetière protestant de Montpellier.

    L'exposition Frédéric Bazille au Musée d'Orsay

    Je n'ai retenu que quelques uns des tableaux exposés, dont celui-ci qui s'intitule :

    L'atelier de la rue de la Condamine (1869-1870)

    L'exposition Frédéric Bazille au Musée d'Orsay

    Frédéric Bazille déménage à l'hiver 1867 de la rue Visconti (près de Saint-Germain des Prés) pour aller dans le XVIIème arrondissement aux Batignoles où il loue un immense atelier pour 200 francs de plus. C'est le quartier de l'avant-garde artistique, non loin du café Guerbois et de Manet.

    Pour la dernière fois, il représente l'intérieur de son atelier, ici habité de la joyeuse présence de ses amis réunis autour de sa propre silhouette peinte par Manet. Maître joue du piano ; Manet et peut-être Monet regardent un tableau sur le chevalet (la vue de village) ; en haut de l'escalier, Renoir s'adresse à un homme qui pourrait être Sysley. Beaucoup de tableaux aux murs ont été refusés au Salon, mais cette société bohème aime désormais à se définir par son indépendance vis-à-vis des institutions.

    Dans la même pièce, un très joli tableau de Jean-Baptiste Corot peint en 1868 sur le même thème.

    L'exposition Frédéric Bazille au Musée d'Orsay

    Un tableau très touchant : cette "Petite italienne chanteuse de rue" qui date de 1868.

    L'exposition Frédéric Bazille au Musée d'Orsay

    Sans le reflet... Un des rares tableaux du peintre à montrer la vie parisienne

    L'exposition Frédéric Bazille au Musée d'Orsay

    En parallèle dans une salle : Femmes au jardin de Claude Monet (1886)

    A l'époque, Frédéric Bazille l'acheta à Monet qui était à cours d'argent...

    L'exposition Frédéric Bazille au Musée d'Orsay

    et La réunion de famille de Frédéric Bazille (1867)

    Deux tableaux peints en plein air : une innovation à l'époque.

    L'exposition Frédéric Bazille au Musée d'Orsay 

    La robe rose peint en 1864 m'a emballée. Si je ne devais retenir qu'un seul tableau de Frédéric Bazille, ce serait celui-là : la luminosité du soir tombant (ou du petit matin ?) est merveilleuse.

    Cliquez sur l'image...

    Loin de "l'indigestion de murailles et de rues" de la capitale, Bazille profite des beaux jours dans la propriété familiale de Méric pour peindre Thérèse des Hours, sa cousine de quatorze ans, assise sur le muret de la terrasse, dominant la rivière du Lez. Face à elle, le village de Castelnau. Première des "Figures au soleil" peintes par Bazille, l'oeuvre est déjà une réussite pour le jeune peintre et pose les principes de ses recherches futures : la composition est claire et recherche l'équilibre, les couleurs du paysage vivement éclairé à l'arrière-plan contrastent avec la figure au premier plan dans l'ombre, le sujet - moderne et familier - fait la part belle à un sentiment d'indolence et de douce rêverie.

     

    L'exposition Frédéric Bazille au Musée d'Orsay

    Le pêcheur à l'épervier (1868)

    De dos, un homme nu s'apprête à jeter son épervier - un filet - dans une mare. La pose de l'homme assis renvoie au "Tireur d'épine" du Musée du Capitole.

    L'exposition Frédéric Bazille au Musée d'Orsay

    De la même année, une très belle étude de jeune homme nu (1868)

    L'exposition Frédéric Bazille au Musée d'Orsay

    Scènes d'été (1870)

    L'exposition Frédéric Bazille au Musée d'Orsay

    La toilette (1870)

    On pense évidemment à l'"Olympia" de Manet peint quelques années plus tôt en 1863.

    L'exposition Frédéric Bazille au Musée d'Orsay

    J'ai beaucoup aimé aussi ce tableau : jeune femme aux pivoines (1870)

    Ici, la jeune femme n'est plus une marchande de fleurs mais une domestique en train d'arranger un somptueux bouquet. Si le peintre est encore tributaire de certains stéréotypes ethniques et sociaux, il est l'un des rares artistes de sa génération à avoir su voir la beauté de la peau sombre du modèle et comment en tirer profit pour ses harmonies de couleur. Les teintes vives des fleurs (pivoines, tamaris, iris, cytise) mais aussi le fond sombre mettent particulièrement en valeur le brun chaud et lumineux de la carnation du modèle.

    Il s'agit de l'un des chefs-d'oeuvre de la dernière année de création de l'artiste. 

    L'exposition Frédéric Bazille au Musée d'Orsay

     Dans la série des natures mortes aussi : vase de fleurs sur une console (1867 - 1868)

    Le tableau était destiné à orner la demeure de Pauline des Hours, la cousine de Bazille, qui venait de se marier.

    L'exposition Frédéric Bazille au Musée d'Orsay

     

    Le 16 août 1870, contre toute attente, Bazille s'engage dans un régiment de zouaves. Réel élan patriotique ou geste suicidaire ? Volonté de prouver à ses proches – et à lui-même – sa valeur, ou "divertissement" ?
    Bazille semble se saisir de l'opportunité de cette aventure militaire pour résoudre une crise personnelle, dont ses derniers tableaux portent la trace.

    A la sortie de l'exposition, nous avons fait un tour dans la partie sculptures du musée.

    L'exposition Frédéric Bazille au Musée d'Orsay

     

    Antoine Bourdelle : Héraklès archer (1909-1924)

    Pas mal le mec, non ?

    L'exposition Frédéric Bazille au Musée d'Orsay

    Moi Paris j'adore !


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :