• Avec mon amie Agnès, je suis allée me promener un dimanche de l'autre côté du périphérique... à Châtenay-Malabry pour aller visiter l'arboretum de la Vallée aux loups. Ce n'est qu'à une demie-heure de RER de Paris.

    Le parc est absolument admirable par la diversité et la taille de certains de ses arbres.

    Il fut créé à la fin du XVIIIème siècle par le Chevalier du Bignon, puis passa aux mains d'un pharmacien de Napoléon, Charles-Louis Cadet de Gassicourt, qui l'agrémenta de végétaux rares. Le marquis de Châteaugirons met en place de 1809 à 1835 les grandes lignes du parc actuel que la famille Croux, pépiniéristes de père en fils, reprend en 1890 pour en faire la vitrine de son entreprise.

    C'est le Conseil départemental des Hauts-de-Seine qui en a fait l'acquisition en 1986 et qui l'entretient depuis.

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand 

    Cet arbre est un cyprès de Louisiane ou cyprès chauve (car ses feuilles sont caduques) : il se plait en milieu humide et fait des racines aériennes. Ces dernières contribuent à un meilleur ancrage de l'arbre dans le sol et à la fourniture en oxygène du système racinaire immergé.

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Le fameux cèdre bleu du parc

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    A la Monet...

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Un coin d'ombre bien apprécié

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    C'est dans ce château que la famille Croux résida longtemps.

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Quelle luxuriance !

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Un peu d'exotisme

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

     

    Impressionnante ramure...

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Dans un coin du parc, une adorable petite fontaine

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Un charmant petit kiosque pour les amoureux...

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Mais que vois-je à gauche de l'image... ?

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Les lianes aussi sont amoureuses on dirait bien !

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Vue sur le plan d'eau depuis le kiosque

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Eh oui Agnès... Il faut redescendre sur terre !

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Fière de ma photo...

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Un autre escalier mène tout doucement vers la sortie.

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand 

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand 

    Henri De Latouche, journaliste républicain au "Constitutionnel" en 1815, puis directeur du Figaro, créé en 1826, convaincu du régionalisme en littérature, sera responsable du nom et de l'oeuvre de George Sand. Dès 1823, il décide de venir habiter à Châtenay, au cœur du Val d'Aulnay, dans une charmante maison (108 rue de Chateaubriand), dans laquelle il accueillera de nombreux artistes dont Honoré de Balzac. Il y demeura jusqu’à sa mort en 1851.

    Une plaque l'indique ici. 

    "Henri De Latouche, le poète des ADIEUX, l'auteur d'un grand nombre d'ouvrages, en prose et en vers, a possédé trente ans cette maison qu'il a habitée les dix dernières années de sa vie, et c'est là qu'il a rendu son âme à Dieu le 27 février 1851".

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand 

    Il suffit de traverser la route pour accéder à la maison de Chateaubriand. Ce dernier l'acquiert en 1807, suite à un exil volontaire destiné à mettre de la distance entre lui et Napoléon suite à un écrit qui n'avait pas plu à l'Empereur.

    Il en parle dans ses mémoires d'outre-tombe...

    « près du hameau d'Aulnay, dans le voisinage de Sceaux et de Chatenay, une maison de jardinier cachée parmi des collines couvertes de bois » 

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    C'est dans cette salle à manger que le couple Chateaubriand reçoit ses amis. Céleste, son épouse. Celle-ci, pour égayer les soirées à la Vallée aux loups, organisait des concerts, d'où la présence du pianoforte et de la harpe.

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Un très bel escalier à double branche conduit au premier étage, étage de la nuit. Il provient d'un bateau et c'est l'écrivain qui l'y a installé. Il évoque son attachement à sa Bretagne natale, la fascination que la mer exerça sur lui toute sa vie et surtout son goût pour les voyages qui le conduisit notamment vers le Nouveau Monde et le pourtour méditerranéen.

    Les degrés de pierre soutenant l'escalier, sont destinés à recevoir des plantes et des fleurs, comme du temps de Châteaubriand. 

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand 

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand 

    Le grand salon : une ambiance XIXème siècle

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Châteaubriand rencontra Juliette Récamier pour la première fois en 1801, chez Germaine de Staël. Celle-ci était alors une des reines de la mode, recevant dans son luxueux hôtel de la rue du Mont-Blanc à Paris. C'est seulement en 1817 qu'ils nouèrent une relation amoureuse qui ne prit fin qu'à la mort de l'auteur en 1848.

    Le salon bleu évoque Juliette Récamier. On y voit le lit sur lequel elle posa dans l'atelier de David (il est attribué à l'ébéniste Georges Jacob).

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Le salon Le Savoureux : Henry Le Savoureux acquit la propriété en 1914.

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    J'ai adoré ces petits fauteuils en rotin.

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Le salon politique avec le portrait de Châteaubriand

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Le portrait de l'auteur par Anne-Louis Girodet Trioson

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Le petit cabinet présente des gravures des différentes maison où habita Châteaubriand.

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Depuis l'étage, la vue sur le jardin

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    L'antichambre turque est dédiée aux oeuvres littéraires de Châteaubriand.

    Le papier peint panoramique, en grisaille, rappelle le périple effectué par l'écrivain en Orient (1806-1807).

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

     

    La chambre de Céleste de Châteaubriand qui devint celle de Juliette Récamier entre 1818 et 1828.

     

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

     

    Le buste de Juliette Récamier par Joseph Chinard nous donne l'occasion d'admirer la jolie toile de Jouy qui revêt les murs de la pièce.

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

     

    Nous voici maintenant en haut du grand escalier...

     

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

     

    Des médaillons en stuc le décorent agréablement.

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

     

    Voici la chambre de l'écrivain : elle évoque ses dernières années puisqu'il mourut à Paris dans son appartement de la rue du Bac en 1848. Selon ses dernières volontés, il fut enterré sur le rocher du Grand-Bé à Saint-Malo.

     

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

     

    La bibliothèque de Châteaubriand n'est pas ouverte au public mais une lucarne permet d'y jeter un coup d'oeil.

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

     

    Promenade dans l'Arboretum de la Vallée aux loups et visite de la maison de Châteaubriand

    Une très belle promenade

    que je m'étonne de n'avoir jamais faite auparavant...


    votre commentaire
  • Ah la la... Le temps passe trop vite ou alors j'ai trop de choses à faire !

    Déjà cinq semaines que nous sommes allés visiter Semur avec notre amie Régine et je n'ai toujours pas rendu compte de cette petite escapade...

    Le point de vue sur la ville depuis le pont Joly est particulièrement beau : c'est de là qu'on a la meilleure vue sur les tours du donjon qui sont très impressionnantes.

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    Au loin la Collégiale Notre-Dame

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    En voici justement le chevet : nous sommes ici en plein coeur de la ville historique.

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    Après être passés prendre de la doc à l'Officie du Tourisme, nous voici partis à la découverte de la ville pour un circuit de 1h30.

    Un petit contre-jour... sur la façade de l'église

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    Le portail des Bleds (ainsi nommé parce qu'il donnait autrefois sur les champs cultivés) est une oeuvre remarquable datant du milieu du XIIIème siècle : son tympan raconte la vie de Saint-Thomas tandis qu'au niveau de sa voussure 12 personnages évoquent les 12 mois de l'année.

    On peut remarquer plusieurs personnages profanes en haut des colonnettes qui supportent le tympan.

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    L'intérieur de l'église est d'une incroyable richesse : dès l'entrée, je suis frappée par l'encadrement de cette Chapelle des Fonts Baptismaux ainsi que par un Christ de Pitié du XVIème siècle.

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    Encore appelé Christ aux liens ou Christ assis : il s'agit d'une représentation artistique de Jésus attendant son supplice.

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    Mais le chef-d'oeuvre de cette église est certainement cette mise au tombeau exécutée en 1490 par l'atelier d'Antoine Le Moiturier que je n'ai pu malheureusement pas pu approcher car elle était derrière des grilles.

    Au centre, la Vierge Marie soutenue par Saint Jean-Baptiste et Marie-Madeleine. Le groupe est incomplet : deux anges deuillants sont conservés au musée municipal tandis que deux autres reposent au musée du Louvre à Paris.

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    Un peu plus loin se trouve la tour eucharistique : cette fine colonne de dentelle de sept mètres de haut date du XVème siècle. Il s'agit de l'une des formes anciennes du tabernacle.

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    La très élégante porte qui le ferme a été exécutée en 2002 (en remplacement de celle d'origine disparue) par un maître ferronnier semurois, Charles Gally.

    La photo est extraite du blog de Christaldesaintmarc que je ne saurais trop vous conseiller, en particulier si vous voulez en savoir plus sur la Collégiale de Semur.

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    Quant à cette petite porte en bois ornée de ferrures et située juste à côté, je ne connais pas son usage... mais elle m'a semblé originale.

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    L'autel de cette chapelle (dédiée autrefois à la Vierge et à Saint-Crépin, patron des cordonniers) est surmonté d'un baldaquin de style gothique en bois peint et doré du XVème siècle du plus bel effet.

    Le tableau d'autel représente un arbre de Jessé et date de 1454.

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    Cliquez sur l'image pour la voir en grand.

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

     De très jolis vitraux (du XIIIème siècle) dans la Chapelle Notre-Dame et une Vierge (copie de la Vierge sur le trumeau du grand portail de Notre-Dame-de-Paris) offerte en 1851 par Viollet-le-Duc lors de la restauration de l'église.

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    Le soleil joue avec les piliers du déambulatoire...

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    Et voici le Chœur avec les élégantes colonnettes de son triforium

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    Au fond, le buffet d'orgues

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    Il y aurait encore beaucoup à voir dans cette église mais... le temps presse et le soleil nous attend pour la visite de la ville médiévale.

    Nous voici dans la rue Frénet (qui est pavée) qui fait face à la Collégiale.

    Visite de Semur-en-Auxois avec Régine

    Plusieurs restaurants ont déjà installé leur terrasse. 

    Visite de Semur-en-Auxois

    Qui se cache derrière l'imposant portail de cet hôtel particulier... ?

    Visite de Semur-en-Auxois 

    On dirait bien qu'une lionne en garde l'entrée ! 

    Visite de Semur-en-Auxois 

    Voici l'enseigne du restaurant dans lequel Régine nous a invités pour nous remercier du séjour qu'elle a passé chez nous : le Saint-Vernier 

    Visite de Semur-en-Auxois

    Mais il n'est pas encore l'heure de déjeuner : nous avons la vielle ville à visiter. Ces petits triangles de bronze inclus dans la chaussée vont nous y aider : il n'y a qu'à les suivre...

    Visite de Semur-en-Auxois

    Dans la rue du rempart, la tour lézardée de l'Orle d'or doit son nom aux créneaux (supprimés), jadis revêtus de plomb cuivré ("un ourlet d'or"). La tour était l'entrée principale de la ville au Moyen-Age.

    Remarquez l'élégante margelle du puits.

    Visite de Semur-en-Auxois

    Juste en face se trouve le petit théâtre municipal de la ville. Inauguré en 1847 et détruit par un incendie en 1901, il fut reconstruit à l'identique par la municipalité dans le style "à l'italienne".

    Visite de Semur-en-Auxois

    Visite de Semur-en-Auxois

    Seulement 290 places mais si trognon...

    Visite de Semur-en-Auxois

    La tour de Géhenne date du XIVème siècle.

    Visite de Semur-en-Auxois

    De drôles de sculptures ornent son mur : elles sont l'oeuvre de Sygrid Guilemot, artiste plasticienne qui a intégré son art aux pierres de ce vieux mur...

    Visite de Semur-en-Auxois

    On dirait un masque de la tragédie grecque !

    Visite de Semur-en-Auxois

    Vue sur le pont Joly

    Promenade dans Semur-en-Auxois 

    De l'autre côté de la rue, la vue est encore plus belle : elle donne sur l'Armançon au bord duquel les habitants cultivent leurs jardins,

    Visite de Semur-en-Auxois

    ainsi que sur les toits de la ville.

    Visite de Semur-en-Auxois

    La promenade du rempart offre aussi de très beaux points de vue.

    Visite de Semur-en-Auxois

    Visite de Semur-en-Auxois

    Visite de Semur-en-Auxois

    Visite de Semur-en-Auxois

    Passant ensuite devant l'ancien hôpital des remparts dont le clocher est élégamment orné de fer forgé,

    Visite de Semur-en-Auxois

    nous arrivons en vue de l'Hôtel de Chassey qui date du XVIIIème siècle.

    Visite de Semur-en-Auxois

    On peut admirer la superbe grille en fer forgé ornant son portail.

    Visite de Semur-en-Auxois

    Visite de Semur-en-Auxois

    Le Logis du Roi (restauré en 1602) servit à partir de 1561 d'auditoire de justice.

    Visite de Semur-en-Auxois

    Au fond de la rue Buffon, la Porte Guillier du XIIIème siècle

    Visite de Semur-en-Auxois

    Tiens : encore un joli puits !

    Visite de Semur-en-Auxois

    Sur la façade de la porte on peut voir des fenêtres géminées à linteaux trilobés.

    Visite de Semur-en-Auxois

    Accolée à la porte Guillier, la Porte Sauvigny du début du XVème siècle

    Visite de Semur-en-Auxois

    A l'intérieur de la voûte on peut lire la devise des semurois :

    "Les semurois se plaisent fort en l’accointance des estrangers".

    Visite de Semur-en-Auxois

    Gond de pierre séparant les deux portes

    Visite de Semur-en-Auxois

    Cette statue de Sainte Anne instruisant la Vierge (située sous la voûte) était censée protéger les habitants de la ville de la peste.

    Visite de Semur-en-Auxois

    Visite de Semur-en-Auxois

    Dans la continuité, on trouve la dernière porte appelée "Barbacane". Ce mot signifie piège en arabe. C'est un édifice du XVème siècle qui était redoutable au niveau défensif.

    Visite de Semur-en-Auxois

    On peut voir de chaque côté des bouches à feu.

    Visite de Semur-en-Auxois

    Retour à la case départ : l'Office de Tourisme se situe en effet tout à côté de la Barbacane.

    Visite de Semur-en-Auxois

    Sympa cette visite de la ville sous le soleil !


    votre commentaire
  • Je suis allée avec mon amie Régine pendant ces vacances de Pâques visiter le verger-potager du Château de Montigny-sur-Aube qui n'est qu'à une vingtaine de kilomètres de chez nous.

    Le château est cerné par des douves bordées de buis dans lesquelles des canards, des carpes et un couple de cygnes sont hébergés.

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    A l'extrémité des douves, le château pointe le bout de son nez mais ce n'est pas ici l'entrée principale.

     Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Un très élégant buffet d'eau surmonté d'un beau médaillon

     Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Ah... voilà !

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    C'est dans cette jolie pièce que se prennent les billets.

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    A droite, l'église du village veille sur le château.

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Il doit être agréable par beau temps de se faire servir une petite orangeade ici...

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Dans l'Orangerie, on trouve, sous forme d'affiches, des renseignements sur le verger-potager et le rucher du château ainsi qu'un plan du domaine et une maquette du verger.

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Les métiers au XIXème siècle

    Cliquez sur l'image pour mieux la voir.

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Les outils...

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Les fruits...

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Le plan du domaine

    En bleu les bâtiments du château, en jaune le parc et en rouge le verger.

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    La maquette du verger

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

     Après nous être délestées des 8 euros de droit d'entrée (donnant droit à un audioguide) pour visiter le jardin (mais pas l'intérieur du château qui ne se visite que si un groupe de 15 personnes est constitué), nous assistons à la projection d'un petit film narrant l'histoire du château et de sa restauration.

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Longeant le parc,

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

     nous arrivons en vue du verger.

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Evidemment c'est beaucoup trop tôt dans la saison pour le voir dans sa plénitude : il faudra y retourner plus tard quand les fruits seront formés.

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

     Les pommiers ne sont qu'en fleurs...

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Le bassin du jardinier : au centre, les quatre têtes sculptées représentent sans doute les quatre saisons (fontaine du XVIème siècle offerte aux châtelains par un mécène).

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Une belle fontaine : destinée à puiser l'eau pour l'arrosage

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Ces belles fleurs vont donner des pommes Alkmène.

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Nous voici arrivés en vue du rucher situé au milieu des plantes mellifères : les abeilles tournicotent d'ailleurs autour. Elles sont jaunes et - paraît-il - pas du tout agressives.

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Douze ruches : douze couleurs pour ne pas déposer sa récolte au mauvais endroit...

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    A l'intérieur, des affiches pédagogiques

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Jolie, cette petite sculpture...

    Il s'agirait d'une fontaine destinée aux enfants du village pour arroser leurs plantations (les écoles viennent jardiner au verger de Montigny).

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Un panier rempli de fruits, une corne d'abondance et aussi une chèvre : la sculpture serait-elle liée à la légende d'Amalthée... ?

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Régine semble vouloir prendre racine... Normal, elle est dans le potager.

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Les ruches entourent la pelouse qui fait face au château.

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Ces banals boutons d'or sont du plus bel effet dans ce sous-bois.

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Le château possède une grande volière.

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Quelle chance de voir ce paon blanc faire la roue !

    Les poules s'en battent l'aile apparemment...

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Je ne sais pas le nom de ce volatile : un faisan peut-être. Est-ce pour elle que Léon s'est fait beau (?) et non pour mon appareil photos !

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    De retour au château...

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Le premier château-fort a été construit au XIIème siècle : la "tour rouge" à gauche en garde la trace.

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Il ne reste du château Renaissance (après l'incendie de 1794) que l'aile sud. A l'origine il était composé de trois corps de bâtiments et d'un mur, l'ensemble formant un quadrilatère ainsi que le montre cette gravure.

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Voici la chapelle Renaissance du Château : elle a été construite en 1553. On aperçoit sur le côté l'élégant bossage à pointes de diamant.

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Une façade très élégante

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube 

    De plus en plus près...

    Quatre colonnes (aux chapiteaux dorique an bas et ionique en haut) encadrent le portail, le tout couronné d'un fronton triangulaire.

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube 

    Quant aux pilastres parant le portail, ils sont corinthiens si je ne me trompe. Au-dessus se trouvent sculptées dans la pierre les armes de la famille d'Amoncourt

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube 

    La seigneurie de Montigny changea souvent de maître. Le nom du premier seigneur est un certain Dodon (en 885). En 1500 c'est Eslion d'Amoncourt, en 1520 Jean d'Amoncourt, en 1567 Dame Claude du Chastelet et en 1634 René d'Amoncourt, fils de la précédente. Après les d'Amoncourt, la seigneurie de Montigny passa aux Clermont-Tonnerre puis au chancelier Maupéou et aux Savoisy.  

    Portrait de René d'Amoncourt

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube 

    La propriété appartient à l'heure actuelle à Marie-France Ménage-Small qui en a assuré la restauration. 

    A l'intérieur, un beau Christ sur l'autel 

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube 

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube 

    Le plafond de la chapelle est superbe avec ses 240 caissons géométriques : trois rosaces (dont les vitraux ne sont pas d'époque) y versent une abondante lumière (ça ne se voit pas sur mes photos : oublié de faire le bon réglage !) 

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube 

    La voûte est en forme de berceau cintré. 

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube 

    On peut voir, entre les colonnes cannelées des niches peu profondes, privées de leurs statues. 

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Des couronnes et des corbeilles de fruits... Je crois même voir des poulpes ?

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    A gauche, sous un enfeu rectangulaire, se trouve un tombeau décoré de larges rosaces et de cartouches. Malheureusement la proximité des chaises empêche d'en approcher l'objectif...

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube 

    Retour près des douves

    Tandis que le cygne est en goguette, la maman cygne couve ses œufs...

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube 

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Visite du verger du Château de Montigny-sur-Aube

    Un bien beau château

    Sa restauration a demandé dix années de travail...


    votre commentaire
  • En route pour Alésia !En route pour Alésia !

    Que la bataille se soit passée ici ou non (on parle de Chaux-des-Crotenay - ICI -)..., c'est une histoire de différent entre archéologues. Je ne suis pas compétente pour trancher bien évidemment. Nous voici donc arrivés à Alise-Sainte-Reine là où s'est "officiellement" passée la bataille qui vit la défaite du chef gaulois face à César.

    Tandis que les uns vont en voiture sur le lieu où a été édifié sous Napoléon III une statue de Vercingétorix, je les rejoins par le circuit pédestre qui passe dans le village.

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    Pour les piétons : suivez la flèche !

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    Y'a plus qu'à...

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    Cliquez sur l'image...

    Erigée il y a 150 ans à la pointe de l'ancienne place-forte gauloise d'Alésia, la statue colossale de Vercingétorix par Aimé Millet reste un monument méconnu. Elle fut controversée lors de sa présentation au public. Après un temps de purgatoire, le Vercingétorix d'Alise fut peu à peu réhabilité lorsque s'organisa la résistance à l'hégémonie allemande après la guerre franco-prussienne de 1870-1871.

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine 

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    Arrivée de la statue de Vercingétorix à Alise le 27 août 1865 : celle-ci est tirée par six chevaux auxquels on a adjoint des bœufs pour gravir la dernière pente.

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    Un beau coup d'oeil sur la vallée

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    Encore un petit effort...

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

     Ah ! Enfin en vue de la statue. Vous me direz que je l'ai voulu et vous aurez raison mais avouez qu'ainsi on a le plaisir de la découverte progressive.

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    L'installation de la statue marque la fin des recherches archéologiques engagées par l'Empereur et leur succès dans l'identification du site d'Alésia avec Alise-Sainte-Reine.

    Sur le socle de la statue on peut lire :

    "La Gaule unie, formant une seule nation, animée d'un même esprit, peut défier l'univers".

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    La représentation du chef arverne est conforme à l'image que l'on se fait des gaulois sous le Second Empire à un détail près : son visage reprendrait les traits de Napoléon III. Vercingétorix apparaît tête nue, son casque renversé à ses pieds, le regard tourné vers le champ de bataille des derniers combats. Son attitude exprime la résignation qui suit la défaite. Elle contredit la déclaration conquérante inscrite sur le socle.

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

     Une table d'orientation situe le site d'Alise dans la région.

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    Nous voici maintenant sur le lieux des fouilles (à un quart d'heure à pied). Un panneau explique aux visiteurs ce qu'ils vont voir.

    Après la défaite de Vercingétorix devant César en 52 avant J.-C., l'agglomération gauloise d'Alésia se transforme peu à peu en une ville gallo-romaine florissante, réputée pour l'activité de ses bronziers. Depuis 1906, les fouilles ont dégagé les principaux édifices du centre monumental : forum, basilique, théâtre, sanctuaire aménagé autour d'un temple dédié à Jupiter et siège de la corporation des artisans métallurgistes. Tour autour se développent des quartiers d'habitation qui abritent les activités artisanales et commerciales. Les maisons sont dotées de caves construites avec soin.

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

     Croquis du site archéologique

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

     Reconstitution de ce qu'était le site...

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    Evidemment, il faut un peu d'imagination de nos jours pour "voir" les monuments.

    Le théâtre

    Construit dans la seconde moitié du Ier siècle, il pouvait accueillir 5000 spectateurs assis sur des gradins en bois aujourd'hui disparus. Les notables prenaient place sur un ou deux rangs de gradins en pierre autour de "l'orchestra".

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    La basilique civile : le terme désigne dans l'antiquité un grand édifice public destiné à abriter des activités commerciales, financières et judiciaires. Elle n'a pas de fonctions religieuses.

    Elle a été nettoyée dans le cadre du chantier-école de l'Université de Bourgogne. 

    Elle se compose d’une grande salle rectangulaire, dont les extrémités nord et sud englobent des absides semi-circulaires. À l’ouest, une grande salle axiale dont le mur du fond est en arc de cercle, était probablement la curie. De part et d’autre de cette salle, des pièces plus petites devaient être affectées aux différents services publics 

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    Prenons un peu de hauteur pour mieux la découvrir.

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    Esquisse de sa façade restituée

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

     Les quartiers d'habitation et d'artisanat

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    La rue avec portiques

    Les quartiers étaient structurés grâce aux rues, parfois pavées et aménagées de caniveaux. De chaque côté, les portiques des maisons offraient des espaces de circulation protégés des intempéries. 

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

     

    Les caves

    Chaque maison possédait une à deux caves pour stocker aliments et bien précieux. La famille y descendait aussi pour prier des divinités protectrices et garantes de la prospérité.

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

     

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

     La cave dite "aux amphores"

    Cette cave était la réserve d'un marchand. De l'huile était probablement stockée dans de grandes jarres, ou dolia, calées sur des meules usagées en granit.

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    Les fours des bronziers

    Ces structures, nombreuses sur le mont Auxois, étaient liées à la production en série d'objets en bronze. Leur mode d'utilisation reste cependant énigmatique.

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    Le monument d'Ucuetis

    Il était le siège et le lieu de culte de la corporation des forgerons et des bronziers. Ucuetis semble en effet être un dieu mineur du monde celtique antique lié au monde métallurgique.

    Le bâtiment comptait trois niveaux et une crypte, 

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    tandis que la cour était entourée par un portique à étage.

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    La taille des locaux traduit la renommée des métallurgistes qui se réunissaient ici.

    Mais non Philippe... tu n'es pas métallurgiste !

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    Hypocauste

    C'est le nom donné au système de chauffage par le sol (air chaud) utilisé à l'époque romaine et gallo-romaine surtout dans les thermes publics.

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine

    Fin de la balade...

    Promenade dans Alise-Sainte-Reine


    votre commentaire
  • Vendredi midi, nous sommes allés en famille tester le nouveau restaurant de Laignes, "L'imprévuqui a remplacé "Ma Bourgogne". Il est tenu depuis septembre dernier par un jeune couple originaire de Corse, Aurélie Alin et Benoît Bouron. L'une est derrière les fourneaux tandis que l'autre sert en salle et en terrasse l'été.

    Un petit restau très sympathique

    Le restaurant se trouve en face de la Mairie.

    Un petit restau très sympathique

    J'ai regretté à posteriori de n'avoir pas pris de photos des plats qui nous ont été servis à ce menu, petit par le prix - car un midi de semaine -  mais très copieux et surtout excellentissime !

    Pour 15 euros, nous avons eu droit à "entrée, plat, fromage ou dessert" parmi non pas un mais deux menus du jour.

    En entrée, nous avons tous opté pour la bruschetta méridionale, éliminant - peut-être à tort ? - l'assiette de charcuterie servie avec du parmesan fondu.

    Et nous n'avons pas regretté car il s'agissait d'une GRANDE tartine de pain grillé sur laquelle avaient été déposés des petites lamelles de poivrons rouge, jaune et vert (marinés dans l'huile d'olive) le tout accompagné de fines tranches d'aubergine également marinées et servi avec un mesclin et des tranches de jambon de pays.

    Nous avons ensuite tous opté pour un vol-au-vent de veau accompagné d'une petite sauce à la crème pas piquée des vers et d'une timbale de riz.

    Nos papilles étaient à la fête !

    Mais nous aurions pu tout aussi bien prendre le plat de poisson dont j'ai oublié le nom.

    Trois d'entre nous ont ensuite opté pour la salade de fruits frais et les autres se sont délectés avec une coupelle de fromage blanc (au sucre ou aux herbes au choix).

    Un petit café par là-dessus et une petite promenade digestive sur les bords de la Laigne...

    Un petit restau très sympathique

    Des cygnes noirs ont été achetés par la municipalité. Ils ont été nommés par les habitants Victor et Victoria nous ont dit les restaurateurs. Bien plus petits que les cygnes blancs, ces cygnes sont originaires d'Australie et de Tasmanie et aiment les plans d'eau peu profonds dans lesquels leur morphologie leur permet de se nourrir aisément.

    Un petit restau très sympathique

    Un petit restau très sympathique

    Ne me demandez pas lequel est lequel !

    Un petit restau très sympathique

    Le cygne noir mange surtout en nageant en immergeant la tête et le cou pour atteindre les plantes sous la surface. Celui-ci avait une faim de loup car on n'a pas beaucoup vu sa tête...

    Un petit restau très sympathique

    Nos cousins qui sont déjà venus déjeuner plusieurs fois au restaurant nous ont dit qu'à chaque fois ils n'étaient pas déçus.

    J'ai oublié de vous préciser que l'accueil et le service sont à la hauteur de la cuisine. Le patron vient régulièrement (mais pas trop) s'assurer que tout se passe bien et la Chef sort même de la cuisine en fin de repas avec pour seul risque... celui de récolter des compliments !

    A refaire !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique