• Après Saint-Roch aiguise ton soc !

    L'occasion fait le larron !

    Loin de moi l'idée de traiter Saint-Roch de larron... Il s'agit seulement d'une visite à l'église du même nom que nous n'avions pas préméditée et qui nous a enchantées, Marie-Claire et moi, alors que nous nous trouvions du côté des Tuileries pour une toute autre cause, celle de l'ANC.

    La Saint Roch est fêtée le 16 août : elle annonce la fin de l'été et le début des labours pour préparer les semailles d'automne.

    Mais qui était Saint-Roch ?

    Né à Montpellier vers 1430 dans une famille aisée, il fait des études
    de médecine et, devenu orphelin très jeune, lègue tous ses biens aux pauvres
     à sa majorité pour partir faire un pélerinage à Rome. Malheureusement,
    à cette époque la peste sévit en Italie et Roch, après avoir soigné nombre de malades,
    finit par être touché à son tour par la maladie. S'étant retiré dans une forêt,
    la légende raconte qu'il fût
    nourri par un chien qui lui apportait chaque jour un pain dérobé à la table de son maître. Ce-dernier, intrigué par le manège de l'animal,
    le suivit en forêt et découvrit
    notre saint blessé qu'il put ainsi secourir.

     Voilà pourquoi,pour parler de deux personnes inséparables, le proverbe dit :

     "c'est Saint Roch et son chien"

     

    L'église Saint-Roch est située au 296 rue Saint-Honoré,
    face au jardin des Tuileries. C'est l'une des plus vastes églises de Paris
    et la visite que nous en avons faite ne peut laisser indifférent.


    Une façade classique sur la rue Saint-Honoré,


     
    Une coupole dans le choeur agrémentée d'une superbe fresque,

     
    Une extraordinaire chaire baroque (exécutée par Simon Challe de 1752 à 1758),

     
    De grandes orgues qui datent de 1756 (Louis-Alexandre Clicquot).
    Elles ont subi plusieurs restaurations et sont maintenant classées
    au patrimoine des monuments historiques depuis 1982.


     
    détail flou... mais oh combien attendrissant !

     
    A part ça, l'église est couverte de tableaux
    dont certains sont très bien restaurés !


    Jésus récussitant la fille de JaÏre
    de Pierre Claude-Antoine-Delorme (1817)




     
    Le Christ chassant les marchands du temple
    de Jean-Baptiste Thomas (1822)


    Saint-Sébastien d'Alexandre Rémy (1807)


    Pourquoi un portrait de Saint-Sébastien dans cette église ?

    Peut-être parce que Saint-Sébastien protège,
    lui aussi, dit-on, de cette terrible maladie...


     
    A quand la prochaine ballade Marie-Claire ?

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :