• Aller-retour à Ré

     Cette année, nous avons choisi d'aller dans notre île préférée début juin, espérant y trouver un paysage nouveau. Et effectivement, à Bois-Plage, les coquelicots sont en fleur.

     Coquelicots

     Comme de coutume, notre première ballade à vélo est pour Saint-Martin et justement ce week-end c'est à un "Rendez-vous aux jardins" que le Syndicat d'initiative nous invite.

    Rendez-vous-aux-jardins-2012-copie-1.png

     Notre guide nous emmène à la découverte des jardins privés de la commune. Des trois jardins que nous avons visités, je ne parlerai que du premier d'entre eux qui se trouve dans la rue du Baron de Chantal montant vers la place de la République. Au N°17 se trouve une maison de maîtres du XVIIIème siècle transformée en un Hôtel 3 étoiles du groupe "Châteaux et Hôtels Collection" : La Baronnie, demeure de Bien-Etre. C'est la propriétaire elle-même qui nous accueille pour nous faire visiter le jardin.

     Le port de Saint-Martin au XVIIIème siècle

     La Baronnie - Saint-Martin au 18ème siècle

     Le port actuel

     Saint-Martin---le-port.jpg

     Derrière cette porte...

     La Barronie 6

     Cet Hôtel particulier

     La Barronie Evelyne

     La salle du petit-déjeuner est ornée de deux beaux meubles (une horloge et un baromêtre). 

    Elle ouvre sur le jardin côté cour.

     La Barronie 3

     Le ravalement de cette façade est prévu à l'identique de celui côté rue.

     La-Baronnie---jardins.JPG

     La Barronie 2

     A Saint-Martin, nous avons vu un âne en culotte !

    La tradition se perpétue en effet à Ré pour le plus grand plaisir des touristes.

     Saint-Martin---un-ane-culotte.jpg

     L'origine de cette coutume remonte au XIXème siècle : les rétais employaient des ânes pour travailler dans les champs et dans les marais (pour le ramassage du varech et du sel). Pour les protéger des piqûres d'insectes qui les agaçaient, l'un de leurs propriétaires eut l'idée d'habiller ses bêtes de "pantalons" fabriqués avec le tissu d'une chemise d'homme. Les autres agriculteurs trouvèrent l'idée si bonne que tous suivirent son exemple.

     ane-culotte.jpg

     De retour au Musée Ernest Cognacq, le point de départ de la ballade-jardins, nous en profitons pour le revisiter. Une exposition de Raphaël Drouart, graveur et peintre des couleurs, s'y tient. Pratique la cariole pour promener son chien !

     Musée Ernest Cognac 3

     Dans la cour du Musée, de jolies gargouilles aux fenêtres à meneaux.

     Musée Ernest Cognac 2

     Gargouille Musée Ernest Cognac 2

     Raphaël Drouart est né en 1884 à Choisy-le-Roi. Il suit des cours à l'école des Beaux-Arts de Paris. A partir de 1910 , il effectue des voyages d'étude qui l'emmèneront en Italie, en Allemagne, en Belgique et en Hollande. Il est particulièrement marqué par son voyage en Italie où il s'enthousiasme pour la peinture de Boticelli. Il découvre l'île de Ré peu avant son mariage avec Alice Rousseau dont les parents font construire une maison aux Portes en 1910.

     Carte-bestiaire de l'île de Ré par Raphaël Drouart

     Carte de l'île de Ré (bestiaire) par Raphaël Drouart

    Aquarelle - Les Portes

     Les portes par Raphaël Drouart

     Gouache - La pêche à l'écluse de l'hirondelle - Les Portes

     La pèche à l'écluse de l'hirondelle

     Gouache de léglise - Saint-Clément des baleinesL'église Saint-Clément par Raphaël Drouart

     Aquarelle - Phare de Trousse-chemise à marée haute

     Phare de Trousse Chemise à marée haute

     Aquarelle - Les ruines de l'église à Saint-Martin

     Carte postale de Saint-Martin de Ré par Raphaël Drouart

     Sympa, non ?

     Autre jour, autre ballade à vélo. Cette fois-ci, c'est du sérieux : nous partons pour 25 kms de petite reine en direction de la pointe du Grouin en passant par La Couarde et Loix. Une ballade que j'adore.

     Carte-du-centre-des-piste-cyclables_modifie-1.jpg

     Un peu avant La Couarde, un champ où paissent quelques Baudets du Poitou en attente de culotte ! Le Baudet du Poitou est la première race asine officillement reconnue ne 1884.. Appelée mulassière, cette race permet par croisement avec une jument de trait la production de mule ou mulet réputés pour leur puissance. Leur effectif n'a cessé de décroître jusqu'en 1976, date d'un plan de relance de cette race déclarée en péril. De 174 sujets mâles en 1922, il n'en restait plus que 44 en 1977. Ce plan a d'ores et déjà permis de ramener à 350 le nombre d'individus de race pure (115 mâles et 235 femelles référencés en 2000). 

     Anes

     Les ânes de l'élevage de l'île de Ré sont au nombre de 24. Ils ont un pantalon bleu ou rose selon leur sexe ! Leur prix d'achat est de 8000 euros...

     Anes de l'élevage

     Le clocher de La Couarde se profile...

     La Couarde - coquelicots clocher et vélos

     Les ceps de vigne d'ordinaire décharnés au mois d'avril sont en feuilles à cette époque.

     La Couarde - clocher dans les vignes 2

     C'est la pleine époque des roses trémières. Malheureusement, le soleil n'est pas là et beaucoup de maisons ont leurs volets fermés... mais la saison battra son plein cet été.

     La Couarde - roses trémières et vélo

     C'est un peu mort, même...

    Mais nous qui vivons dans un environnement de voitures, on ne va pas s'en plaindre !

     La Couarde - rue fleurie

     Nous continuons la ballade vers Loix en passant au travers des marais salants.

     Loix - les marais fleuris

     La terre sèche au bord des marais donne de curieuses photos...

     Loix - la terre des marais craquelée

     Arrivée à Loix

     Loix - arrivée à l'écluse

     Les marais sont le domaine des oiseaux : ici une échasse blanche.

     Loix - une échasse blanche

     En vol...

     Loix - une échasse blanche en vol

    Passage devant le moulin à marée : on déchausse !

     Loix---le-moulin-a-maree.jpg

     Le clocher de l'église vu depuis "La route du sel" où nous avons déjeuné.

     Loix - le clocher

    Andouillette frites pour nous trois et crêpe pour Evelyne. Le sport, ça creuse ! 

    Au passage, il n'est pas défendu de sourire, André !

     La-route-du-sel---Philippe-et-Andre.jpg

     Ma cousine est plus coopérative...

     La-route-du-sel---Evelyne.jpg

     Une petite visite au cimetière voisin nous permet d'admirer, outre une tombe bien curieuse, de bien belles roses...

     Loix---tombe-au-cimetiere.jpg

     Loix - rosier

     Loix - rose

     L'arrivée à la Pointe du Grouin.

    Vue par Michel Adam, un peintre que je viens de découvrir sur internet et qui peint surtout les bords de mer et de marais, ça donne ça.

     michel-adam-pointe-du-Grouin.jpg

     De mon point de vue, c'est évidemment beaucoup moins poétique... Ah, si j'avais des dons pour la peinture, je crois bien que j'aimerais peindre l'île de Ré !

     Les Portes plage

     A défaut, je la photographie...

     Les Portes fleurs

     Les Portes fleurs 2

     Sainte-Marie - liseron et bestioles

     La rade de Saint-Martin

     Les Portes oiseaux 1

     Les Portes mouettes

     Et maintenant, il ne reste plus qu'à rentrer à La Bonne Etoile : je parle du camping !

     Après quelques parties acharnées de Crapette (au fait Marie-France, j'ai révisé les règles : je suis au point !), nous partons cette après-midi pour une petite ballade à Sainte-Marie de Ré. La piste cyclable longe la nationale mais en arrivant sur Sainte-Marie, on arrive par des chemins de traverse à trouver de jolies vues sur le village.

     Sainte-Marie - clocher à travers les maïs

     Sainte-Marie - plage et église

     On laisse les sacs et les vélos pour aller voir la mer ?

     Sainte-Marie - sac à dos accroché

     Sainte-Marie - la mer

     Photogénique ma cousine !

     Sainte-Marie - Evelyne sur la plage

    Sainte-Marie de Ré : encore un patelin désert... Jugez plutôt.

     Sainte-Marie - rue

     Allez, un petit zoom sur le rosier-tige.

     Saint-Marie - rosier tige

     Retour sous la pluie... Le temps se gâte.

     Le lendemain, nous abandonnons les vélos pour aller à Saint-Clément des baleines en voiture. C'est vrai que l'aller-retour nous feraient quelques 45 kilomètres dans les pattes et apparemment ce n'est pas du goût de tous. J'en connais qui devraient prendre du Supradyne plus souvent... Bon, la prochaine fois, avec Thierry et Denise, il n'y aura plus d'excuse pour faire les flemmards !

     Bon, je sais, le phare des baleines vous l'avez déjà vu sur ce blog, mais je ne peux tout de même pas repartir de Ré sans en rapporter une petite photo...

     Saint-Clément - le phare 2

     Mais que photographie donc André ?

     Ile-de-Re-158.jpg

    Il s'agit du phare des baleinaux d'une hauteur de 31 m construit dans les années 1850 sur des rochers n'affleurant qu'aux grandes marées, presqu'invisible par ce temps plus que couvert. La présence d'esquifs nombreux ayant provoqué quelques 450 naufrages dans ces eaux, sans compter les baleines qui venaient s'échouer sur la côte (la dernière vint s'échouer en 1920), rendit sa construction indispensable pour épauler son grand frère, le Phare des baleines.

     saint-Clement-des-baleines---le-phare-au-large.jpg

     Retour à Bois-Plage et fin de cette escapade rétaise : il pleut comme vache qui pisse et la météo annonce ce type de temps jusqu'en milieu de semaine prochaine...


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :